MENU

AGA ne faisait plus partie du noyau des activités de La Capitale

par Alain Thériault | 18 octobre 2013 16h08

Groupe financier AGA n’était pas à vendre, mais l’offre d’achat déposée par le groupe de Martin Papillon a déclenché une réflexion chez La Capitale, qui finalement décidé de se départir de l’entreprise.
C’est ce qu’a révélé Steven Ross, président et chef de l’exploitation de La Capitale assureur de l’administration publique et de La Capitale assurances et gestion du patrimoine, en entrevue au Journal de l’assurance. « Il s’agit d’une offre non sollicitée, mais financièrement intéressante, qui nous a amenés à nous questionner sur l’avenir d’AGA à La Capitale. Nous en avons conclu que nous voulions être un manufacturier d’assurance collective, mais plus un distributeur. »

Cette transaction provoque aussi le départ du directeur général d’AGA, Clément St-Laurent. Les acheteurs ont manifesté leur intention de garder les 90 autres employés de l’entreprise.

M. Ross précise qu’AGA ne faisait pas partie du noyau de ses activités. « Pour nous, AGA a toujours été un placement. Le cabinet n’était pas intégré à nos activités. Il ne relevait pas de notre comité de direction », ajoute-t-il. La valeur des primes sous gestion d’AGA était évaluée à 100 millions de dollars au moment de la vente.

Publicité