MENU

Appel d’offres de l’UMQ : SSQ reconfirmée

par Alain Thériault | 11 avril 2013 12h07

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) vient de compléter un appel d’offres en assurance collective, lequel a reconfirmé le Groupe Financier SSQ comme l’assureur d’un grand nombre de municipalités.L’UMQ a lancé un appel d’offres pour trouver le fournisseur des régimes d’assurances collectives des employés de ses municipalités membres. Les contrats en jeu se destinent aux municipalités du regroupement Lac-Saint-Jean – Bas-St-Laurent – Gaspésie – Côte-Nord.

Déjà assureur de ces régions, SSQ a obtenu le renouvèlement de son contrat pour une période de 5 ans. L’assureur a remporté la mise de peu, avec 95,10 points, devant La Capitale (94,30 points) et Desjardins Assurances (85,90 points). Les pointages d’appels d’offres reflètent tant des aspects quantitatifs que qualitatifs. Le prix de chaque contrat varie selon la municipalité.

Au terme de cet appel d’offres, SSQ demeure l’assureur de la majorité des municipalités membres de l’UMQ, en assurance collective. « Nous sommes l’assureur de trois autres regroupements de régions qui feront aussi un appel d’offres bientôt : les villes défusionnées de Montréal, l’Estrie, et Québec – Beauce, a dit en entrevue au Journal de l’assurance Carl Laflamme, premier vice-président en assurance collective de SSQ. Nous sommes aussi l’assureur de la ville de Montréal. »
M. Laflamme rappelle qu’un appel d’offres survient systématiquement lorsque le contrat de cinq ans arrive à terme. Dans la foulée de ce renouvèlement, il affirme avoir mis la main sur un contrat qui totalise près de 7 millions de dollars (M$) de primes.

La lutte a été serrée, reconnait M. Laflamme, mais elle ne se jouait pas seulement sur le prix, mais aussi des critères qualitatifs. « Il y a bien sûr le prix, les frais d’administration et les augmentations futures maximales. Mais outre les aspects financiers, l’UMQ tient aussi compte des capacités administratives de l’assureur, de ses capacités d’offrir des services, l’accès à des systèmes Web, etc. Le tout suit les règles communes à tous les appels d’offres. » D’autres appels d’offres sont à prévoir, a confirmé l’UMQ. « Ce sera le tour des régions de Québec et de la Beauce d’aller en appels d’offres, en 2014 », a révélé au Journal de l’assurance François Sormany, directeur des communications et du markéting à l’UMQ.
Par ailleurs, après une relation de 25 ans avec Groupe financier AGA, l’UMQ est allée d’un appel d’offres l’automne dernier, pour un nouveau consultant en assurance collective. Le contrat a été adjugé à Malette actuaires, qui a atteint le meilleur pointage, a expliqué Jacinthe Olivier, responsable de l’appel d’offres à l’UMQ. Le contrat, renouvelable pour une période de 5 ans, s’élève à près de 275 000 $ par an. Malette a commencé son mandat le 30 novembre.

Plusieurs autres joueurs étaient dans la course, notamment Aon Conseil, BFL Canada services, Conseillers en avantages sociaux SAGE et Morneau Shepell. La condition de base était de compter 5 ans d’expérience comme consultant en assurances collectives et d’employer des détenteurs du titre de conseiller en régimes d’assurance collective.

L’appel d’offres est survenu dans la foulée d’une mésentente entre l’UMQ et AGA à l’endroit de commissions qui auraient été majorées par ce consultant et une filiale de La Capitale ». L’UMQ reprochait à AGA d’avoir facturé des frais de 1,5 % en trop à ses municipalités membres.

Le malentendu est aujourd’hui réglé, a fait savoir l’UMQ. « AGA et nous avons réglé ce litige hors cours et l’UMQ a récupéré les sommes visées. L’entente avec l’UMQ étant de nature privée, je ne peux commenter davantage », dit M. Sormany.

Par ailleurs, l’UMQ demandera à ses membres de lui verser une redevance de 1 % des primes payées en assurance collective. Cette redevance correspond à celle qu’AGA payait directement à l’UMQ « sous une autre forme », a écrit Jean Morneau, conseiller aux produits d’assurances, dans une lettre adressée à ses membres, l’automne dernier. Cette redevance devrait être compensée par une baisse équivalente des honoraires chargés par le consultant, a-t-il ajouté.

Publicité