MENU

Assomption Vie amasse 127 400 $ pour la recherche sur le cancer lors de son tournoi de golf

par Hubert Roy | 22 septembre 2014 09h00

De gauche à droite : Ed McNally, du Groupe Lounsbury; Bobby Orr, président d’honneur du tournoi; Dr Rodney Ouellette, président et directeur scientifique de IARC; David Alward, premier ministre du Nouveau-Brunswick; et André Vincent, PDG d’Assomption

Assomption Vie a amassé 127 400 $ lors de son tournoi de golf annuel, tenu le 14 aout dernier à Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Un nombre de 210 golfeurs ont participé à ce tournoi. Les fonds ont été remis à l’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC), un des principaux centres de recherche biomédicale des provinces de l’Atlantique. En 12 ans, l’assureur a remis 1,4 million de dollars (M$) à cet organisme.

Une fois de plus cette année, Bobby Orr, ancien défenseur étoile des Bruins de Boston, assurait la présidence d’honneur de l’évènement. Nouveauté cette année : une enchère en ligne a aussi permis aux golfeurs de miser pour obtenir la chance de jouer 18 trous avec M. Orr lors de la journée précédant le tournoi.

« C’est un tournoi de golf-bénéfice auquel nous tenons beaucoup, chez Assomption Vie, dit son PDG, André Vincent. Nous sommes privilégiés, dans nos efforts visant à accroitre la recherche sur le cancer dans la région, de pouvoir compter sur des alliés de taille, tels que M. Orr, ainsi que sur l’appui de tous les golfeurs, des commanditaires et des bénévoles qui répondent à l’appel année après année. Assomption Vie, en collaboration avec le Groupe Lounsbury, est fière de mobiliser ces gens provenant de partout au Canada pour appuyer l’IARC.»

L’IARC est un organisme à but non lucratif établi depuis 1998. Grâce à des installations ultramodernes, l’IARC est devenu un véritable centre d’excellence en recherche sur le cancer. Trois axes de développement guident le travail de ses chercheurs : le dépistage précoce, le diagnostic affiné et le traitement ciblé. L’IARC réunit une équipe transdisciplinaire d’environ 45 personnes avec des expertises en génomique, protéomique, biologie moléculaire et cellulaire, bioinformatique, immunologie, chimie synthétique et organique, pathologie, spectrométrie de masse ainsi qu’expérimentation in vitro et in vivo. L’Institut contribue ainsi aux efforts mondiaux de recherche dans la lutte contre ce fléau.

Publicité
Sur le même sujet …