MENU

Bénéfices et ventes d’assurance en hausse pour Humania

par Alain Thériault | 13 avril 2018 13h30

Stéphane Rochon | Photo : Réjean Meloche

En 2017, Humania Assurance a fait croitre son bénéfice net de 7,2 % par rapport à 2016, pour le porter à 4,96 millions de dollars (M$). À 143,7 M$, ses ventes d’assurance en termes de primes brutes sont en hausse de 7,5 % en 2017 par rapport à 2016, stimulées tant par l’assurance collective que l’assurance individuelle.

L’assureur a aussi affiché un ratio de solvabilité de 219 %, un taux de rendement des capitaux propres de 6,7 % et une hausse de l’actif de 11,3 %. « Nous avons connu une série de réalisations exceptionnelles, compte tenu des ressources financières et humaines de l’organisation. C’est impressionnant ce que nous pouvons faire avec notre petite mutuelle de Saint-Hyacinthe », a lancé le PDG d’Humania Assurance, Stéphane Rochon, en ouvrant son assemblée générale annuelle le 12 avril à Belœil. Le Journal de l’assurance y a assisté.

Pour expliquer les bons résultats de 2017, le PDG d’Humania a souligné l’accent porté sur le virage technologique de l’assureur. En 2017, 58 % des nouvelles affaires d’Humania ont été réalisées par l’entremise de ses plateformes technologiques, a-t-il dit.

Bonne croissance hors Québec

Il a aussi salué les efforts de développement d’Humania hors Québec. L’équipe de vente hors Québec était d’ailleurs présente à l’assemblée, accompagnée de son directeur national des ventes Michael J. Suska. « Le gros de notre croissance vient de l’extérieur du Québec. Tous produits confondus, les ventes hors Québec comptent pour 35 % de nos nouvelles ventes », a révélé M. Rochon.

Chef des finances d’Humania, Marc Peliel a pour sa part souligné que tous les segments avaient contribué à la croissance des ventes en 2017, par rapport à 2016. Il a précisé que les plateformes technologiques d’Humania, notamment celle du produit HuGO, ont permis de doubler les ventes d’assurance vie individuelle. « C’est un marché où nous étions très peu présents », a rappelé M. Peliel. « En assurance collective invalidité de longue durée, vie et maladies graves, les ventes ont augmenté de 55 % », ajoute-t-il.

Les ventes d’assurance voyage ont de leur côté connu une hausse plus modeste. « La sinistralité est un peu plus élevée que prévu, particulièrement sur le plan de la sévérité des réclamations traitées », a dit Stéphane Rochon. Il a souligné que la stratégie de vente en ligne d’assurance voyage était très prometteuse.

Vive concurrence en collectif

M. Rochon a indiqué que le portefeuille sous gestion en assurance collective avait crû de 10 % entre 2017 et 2016, alors qu’il avait crû de 50 % entre 2016 et 2015. Il a expliqué que les ventes ont été extrêmement élevées, mais que le taux de rétention des affaires a été inférieur aux attentes en 2017.

« C’est un marché extrêmement agressif où des joueurs font de l’underpricing, a précisé le PDG d’Humania. Ce n’est pas la route que nous prenons. Nous avons décidé de concentrer nos efforts sur des groupes qui nous donnent une perspective de rentabilité. »

La pratique qu’il dénonce consiste pour un assureur d’offrir un programme d’assurance collective à un prix d’entrée inférieur à ce qu’il devrait être en fonction de l’expérience du groupe d’employés, pour couper l’herbe sous le pied des concurrents.

L’intelligence artificielle réduit les prix

Le PDG d’Humania a souligné l’adhésion en masse des conseillers à la plateforme d’assurance individuelle HuGO, qui a mis à profit l’intelligence artificielle pour réduire les délais de souscription de plusieurs jours à 45 minutes. De 45 % de ses conseillers qui l’ont utilisé plus d’une fois il y a six mois, cette proportion est passée à 63 % au moment de l’assemblée, a-t-il révélé. « Il y a quelques jours, ce taux était de 60 % (chiffre indiqué dans le rapport annuel) », a ajouté M. Rochon.

Plus de 1 200 conseillers de partout au Canada ont utilisé la plateforme. L’assureur a pu conclure plus de 5 400 transactions. « Le produit HuGo nous a permis de nous positionner dans un marché que nous connaissions peu : l’assurance vie temporaire », a confié M. Rochon.

Selon lui, le cout d’émission beaucoup plus bas des polices permet à Humania de réduire son cout unitaire et de se battre avec les géants de l’assurance. Cette réduction permet, à ses dires, de se classer dans le top 5 des meilleurs prix offerts au segment des clients de 45 ans et moins, pour un montant d’assurance temporaire de 1 M$ ou moins.

Un produit pour les 55-75 ans

En 2018, le conseil d’administration a résolu d’accélérer le virage numérique d’Humania Assurance, a déclaré son PDG, qui travaille actuellement au développement d’un produit d’assurance santé individuelle qui visera la population entre 55 ans et 75 ans. Il s’appellera 5575.ca, a révélé Stéphane Rochon.

« Nous numérisons d’anciens produits pour les mettre à la saveur du jour et ouvrir de nouveaux marchés à nos conseillers. Nous croyons beaucoup au marché des babyboumeurs, qui représente 28 % de la population canadienne. C’est le groupe dont l’utilisation du Web croît le plus rapidement », signale-t-il.  

M. Rochon signale également que la première cohorte de babyboumeurs qui arrive à la retraite est aussi la première qui aura été couverte durant sa vie active par des assurances collectives, contrairement à la génération précédente. « Ces gens voudront avoir une prolongation de leurs bénéfices collectifs », ajoute-t-il. La livraison s’effectuera en quatre projets successifs dont les dates ne sont pas déterminées.

Publicité
Sur le même sujet …