MENU

Co-Operators décuple les prestations en santé mentale de ses employés

par La rédaction | 31 janvier 2018 11h30

Photo : Freepik

Co-Operators a décuplé les prestations en santé mentale de ses employés, les portant à 5 000 $ par année par membre de la famille, et a étendu le nombre de fournisseurs autorisés au-delà des psychologues et travailleurs sociaux pour inclure les thérapeutes familiaux, les conseillers cliniques et les psychothérapeutes.

« Les faits sont convaincants. Nous savons qu’un Canadien sur cinq souffrira d’un problème de santé ou d’une maladie psychologique au cours d’une année donnée, ce qui fait de la santé mentale la première cause d’invalidité au Canada. En tant qu’employeur et fournisseur d’avantages sociaux collectifs, nous constatons de première main l’impact de la maladie mentale sur les Canadiens », souligne Rob Wesseling, PDG de Co-Operators.

Une initiative à l’échelle de l’entreprise

L’an dernier, Co-Operators a mis en œuvre une initiative à l’échelle de l’entreprise qui se concentre sur ses employés, clients et les communautés qu’elle dessert. En plus de l’augmentation des prestations en santé mentale, les employés de l’entreprise bénéficient d’une politique de deuil améliorée et ont jusqu’à 20 jours de congés payés en cas de perte d’un conjoint ou d’un enfant.

Co-Operators affirme aussi qu’elle recherche des solutions en santé mentale, incluant des thérapies cognitivo-comportementales sur Internet, des services de seconde opinion en santé mentale, en plus de s’être alliée à l’Université de Régina pour une étude pour mieux comprendre la divulgation de la santé mentale en milieu de travail.

Répercussions économiques de 51 G$

« L’absentéisme, les couts d’invalidité et la perte de productivité qui résultent [de troubles de santé mentale] ont des répercussions sur notre économie de l’ordre de 51 milliards de dollars par année. Co-operators s’engage à fournir un accès novateur à des soins personnalisables afin que nos employés aient accès aux soins dont ils ont besoin, où et quand ils en ont besoin pour faire face à ces problèmes de santé », ajoute M. Wesseling.

Publicité
Sur le même sujet …