MENU

Deux assureurs, deux vues divergentes sur les alliances avec les fonds communs

par Vicky Poitras | 12 octobre 2006 14h00

Les assureurs Empire Vie et Transamerica Vie Canada adoptent deux stratégies opposées quant à la pertinence d’aligner plusieurs gros noms en fonds communs pour gérer leurs fonds distincts.Empire Vie voit peu d’intérêt à conclure des alliances avec des sociétés de fonds communs, alors que Transamerica poursuit cette stratégie avec un enthousiasme grandissant.

Empire Vie fait affaire avec un seul gestionnaire externe, AllianceBernstein. En juillet, celui-ci a été nommé consultant pour la composante internationale de certains fonds distincts. Il a ainsi remplacé UBS Gestion globale d’actifs qui remplissait ce rôle pour Empire Vie auparavant.

Pour l’instant, la compagnie a confié à AllianceBernstein la gestion d’actifs en fonds distincts pour quelque 164 millions, ce qui correspond à une bien faible portion de l’ensemble de ses actifs de fonds distincts, qui s’élèvent à plus de trois milliards.

Quand on lui demande pourquoi Empire Vie ne fait pas appel à davantage de gestionnaires externes, son directeur des ventes institutionnelles, Michael Sangster a la réponse suivante : « Nous sommes pleinement satisfaits de notre gestion de fonds actuelle. Il n’y a pas de raison de magasiner pour cela. »

Dans ce marché depuis plus de 40 ans sur le marché, M. Sangster fait en outre remarquer que près des trois quarts de ses divers fonds distincts ont reçu une cote quatre ou cinq étoiles de Morningstar.

Jim Gibson, directeur du marketing à Empire Vie, explique que ses conseillers « aiment notre marque maison et la simplicité de notre offre de produits. » La deuxième raison de cette stratégie de gestion de fonds interne est qu’elle contribue à promouvoir l’image de marque d’Empire Vie.

Mais la compagnie ne rate-t-elle pas une occasion de capitaliser sur la force marketing de fonds communs biens connus? M. Gibson dit non. « Au départ, cela accélère probablement les affaires, mais à la longue, ce sont les résultats qui comptent. Nous sommes prêts à faire les choses lentement mais sûrement, et à promouvoir notre marque du même coup. »

Il signale qu’aucun des conseillers d’Empire n’a manifesté le désir de voir l’entreprise recourir à des fonds offerts par des tiers. On lui a cependant demandé d’inclure davantage de nos fonds comme options d’investissement dans sa gamme d’assurance vie universelle.

Pour sa part, Transamerica estime que la gestion de ses fonds distincts par des tiers constitue la stratégie par excellence. L’assureur propose sa propre gamme de fonds gérés à l’interne, mais les Portefeuilles TOP gérés à l’externe ont le vent dans les voiles.

Ces portefeuilles comprennent certains des plus grands fonds d’investissement. « Nous prenons la crème de leur fonds » explique Geraldo Ferreira, vice-président, développement et mise en marché de produits d’investissement, à AEGON Gestion de fonds et Transamerica Vie Canada.

Il ajoute que ces portefeuilles n’ont pas d’équivalent sur le marché, car on n’y trouve que des fonds gérés par des tiers – aucun ne l’est à l’interne.

Chose intéressante, les fonds distincts que Transamerica gère à l’interne ont donné un meilleur rendement que les portefeuilles TOP. Malgré cela, ces derniers représentent un part « significative » et « croissante » des nouvelles ventes de fonds distincts, reconnaît M. Ferreira.

À son avis, l’intérêt suscité par ces portefeuilles s’explique par le fait qu’on y retrouve un bel ensemble de fonds externes bien connus. « Cette marque a certes du cachet », fait-il remarquer.

Devant le succès de ces produits, Transamerica prévoit lancer de nouveaux fonds TOP d’ici la fin de l’année, ajoute-t-il. On y trouvera un portefeuille de fonds de revenus et un portefeuille de fonds équilibrés canadiens, tous deux portant le nom de TOP.

Publicité
Sur le même sujet …