MENU

Foresters et Plan de protection du Canada délaisseront le papier pour passer au numérique

par Alain Thériault | 11 août 2017 07h00

Aziz Rguigue et Michael Aziz

Financière Foresters est passé à la proposition électronique partout au Canada en 2015, sauf au Québec en raison de détails techniques. Elle y sera bientôt lancée.

C’est ce qu’a révélé son directeur des ventes, Aziz Rguigue, lors d’une entrevue accordée au Journal de l’assurance le 8 juin. « Après un projet pilote en marche depuis plusieurs mois dans les autres provinces, notre proposition électronique entame sa phase finale. Nous devrions lancer partout au Canada notre proposition Web avec signature électronique dans quelques semaines »

Foresters tient à faciliter le processus partout au Canada, au moment ou tant ses produits à souscription complète qu’à émission simplifiée connaissent un succès. Au point tel que Foresters déborde de son marché familial traditionnel.

« De plus en plus, les conseillers qui se qualifient vendent nos produits à des clients aisés et des entrepreneurs, grâce entre autres à notre produit de vie entière avec participation Avantage Plus. Il se classe premier sur le système de comparaison de prix Lifeguide. »

Les produits à pleine souscription ne sont pas à acceptation immédiate. Les produits simplifiés le sont, lorsque le client répond « non », à toutes les questions. C’est le cas pour les produits de vie entière à émission simplifiée sans participation lancés en début d’année, qui permettent de souscrire instantanément de 10 000 $ à 100 000 $ d’assurance : Vie entière sans participation pour enfants et Vie entière sans participation pour adultes.

Il tient à préciser que simplifié ne veut pas dire que le produit se destine aux personnes difficiles à assurer. « L’émission simplifiée est un produit régulier pour personne en santé. Ce n’est pas un produit à émission garantie. L’émission est simplement plus rapide. Quand l’assuré se qualifie, la police est émise avec la même qualité de couverture qu’un produit de pleine souscription. L’assuré paiera toutefois un peu plus cher, car il n’a pas à passer à travers toute la tarification. La rapidité est un choix à faire », a expliqué M. Rguigue.

PPC voit l’avenir dans l’émission simplifiée

Foresters assure aussi le risque de plusieurs produits conçus et distribués par Plan de protection du Canada (PPC). Son directeur des ventes, Michael Aziz, se dit convaincu que l’émission simplifiée est l’avenir.

« Avec l’émission simplifiée, l’assuré saute les électrocardiogrammes et les tests sanguins ou d’urine. S’il passe à travers une série de questions médicales, il représente alors un risque régulier. Il est fort probable que son contrat pourrait être émis comme demandé en émissions simplifiées, mais pour un produit traditionnel », soutient-il.

Choisir la voie traditionnelle chez PPC permet par exemple à un assuré qualifié pour 500 000 $ d’assurance à émission simplifiée d’obtenir 1 M$ d’assurance à pleine tarification. « Avec seulement un examen paramédical, il peut obtenir sa police en un peu plus d’une semaine. C’est rapide pour 1 M$ d’assurance », souligne M. Aziz.

Le prix plus élevé des polices à émission simplifiée demeurera une préoccupation pour certains, reconnait-il. Mais la possibilité pour quelqu’un qui a déjà eu un cancer d’obtenir une couverture de 500 000 $ est une offre généreusel.

« Ce n’est pas comme s’il avait une surprime de 400 %. Ce sera peut-être environ 150 % de la prime régulière. Cela dépend du segment auquel appartient l’assuré, par exemple l’âge. »

Les produits à émission simplifiée connaissent une belle croissance chez PPC, dit M. Aziz. « Les gens n’ont pas toujours le temps d’aller voir leur médecin. Nos conseillers nous disent que leurs clients sont prêts à payer plus pour obtenir leur couverture tout de suite. Ils recherchent le côté pratique. »

Le marché des entrepreneurs sourit aussi aux produits à émission simplifiée. « Beaucoup de PME veulent souscrire des polices pour financer une entente de rachats des parts entre associés d’âge différents. Il pourra y avoir par exemple un plus âgé qui travaille trop fort et a déjà eu une crise cardiaque dans une période antérieure aux trois dernières années. Nous pouvons l’accepter en émission simplifiée, jusqu’à 500 000 $ », a lancé M. Aziz.

 

Publicité