MENU

Great-West implante la souscription électronique

par Alain Thériault | 18 août 2014 09h00

Great-West, London Life et Canada-Vie offrent depuis le 14 juillet à tous leurs conseillers de souscrire en ligne l’ensemble de leurs produits. L’environnement appelé Affaires nouvelles en direct permet, dans certains cas, d’émettre des polices sur le champ grâce à un lien en temps réel avec le tarificateur.Un nombre croissant d’assureurs adhèrent à la tarification automatisée et implantent la proposition électronique, pour un ou plusieurs de leurs produits. Great-West se targue de lancer le premier environnement en temps réel qui permet d’activer l’ensemble de ces aspects en un seul système. Les conseillers peuvent transiger tous les produits d’assurance vie et de prestations du vivant de Great-West et de ses filiales.

Le nouvel environnement de Great-West intègre en ligne une grande part des étapes du processus de vente entre le conseiller et son client. Le système génère automatiquement des questionnaires additionnels appropriés aux réponses inscrites à la proposition électronique, par exemple le formulaire pour sports ou activités dangereuses. Les informations saisies dans la proposition sont acheminées en ligne au tarificateur.

Gains en efficacité

La compagnie et ses filiales estiment qu’Affaires nouvelles en direct permettra de réduire le temps d’émission des polices de 33 %. « Aujourd’hui, une police peut prendre, en moyenne, 30 jours à être émise. Le nouveau système réduira ce délai à 20 jours. Un dossier qui n’aurait mis que 5 jours à être approuvé dans le modèle traditionnel pourrait maintenant être approuvé le jour même ou le lendemain. », a souligné Phil Marsillo, vice-président principal de la distribution individuelle de Canada-Vie, lors d’une entrevue accordée au Journal de l’assurance.

L’absence de fardeau pour le courtier et l’élimination des paliers expliquent la réduction des délais, dit-il. « Aussitôt que le conseiller transmet la proposition par le Web, elle aboutit sur le bureau du tarificateur, et les demandes de rapports paramédicaux ou de rapports de médecins traitants sont immédiatement envoyées. Le conseiller n’a rien à faire de ce côté. »

Il n’en coute rien au conseiller d’utiliser le système. Il peut se brancher sur tablette ou ordinateur et recevoir par la suite des courriels de mise à jour sur l’évolution du dossier-client par l’entremise de son téléphone intelligent. Les informations qu’il saisit chez son client ne demeurent pas sur son ordinateur. Elles sont plutôt hébergées dans l’infonuagique. Great-West laisse le choix au conseiller de choisir ce modèle ou de continuer à transmettre la proposition papier et à échanger de l’information avec le tarificateur au téléphone.

« Peu importe leur âge ou leur nombre d’années dans l’industrie, la plupart des conseillers qui ont essayé notre système ont trouvé qu’il était vraiment facile d’utilisation », a observé M. Marsillo. Plusieurs se seraient attendus à ce que les plus vieux conseillers soient réticents. « En fait, ça a été l’inverse. Ils nous ont dit qu’il était temps que nous arrivions à une solution comme celle-là », a-t-il révélé.

Émission instantanée

Le système interagit avec les déclarations du client et permet de raffiner les propositions au fur et à mesure du processus. Dans les cas simples et sans déclarations sensibles de la part du client, l’émission peut être immédiate. Ce sera le cas pour un assuré de 45 ans en santé qui souscrit un montant d’assurance vie qui ne dépasse pas 250 000 $, mentionne en exemple le site Web de Canada-Vie. Il s’agit, en effet, du montant maximal pour une approbation instantanée en assurance vie. Il est de 50 000 $ pour l’assurance maladies graves et de 1 500 $ de prestation par mois pour l’assurance invalidité.

Un autre point fort de la proposition électronique, c’est qu’elle ne peut être transmise incomplète, rappelle M. Marsillo. « Il ne manquera donc aucune information au tarificateur pour prendre sa décision. Sur papier, on ne va pas toujours dans les détails. »

Selon les réponses du client, des questions additionnelles émergeront au fur et à mesure que le conseiller remplit la proposition. « Un oui à une question sur l’hypertension renvoie à d’autres questions : Êtes-vous suivi par un médecin? Quel est son nom? Prenez-vous des médicaments, lesquels et à quelle fréquence? » De même, le client qui voyage à l’extérieur du pays se verra demander la destination, la fréquence et les motifs. « Si le client répond non, on passe à la question suivante », dit M. Marsillo.

Nouvelles affaires en direct est un outil de ventes croisées, considère Great-West. « Le client peut faire la demande de plus d’un produit sur la même proposition, vie, maladies graves ou invalidité. S’il est accepté pour une assurance vie individuelle, il peut obtenir une approbation instantanée pour une assurance maladies graves de 50 000 $ à primes T10, par exemple. Cela aidera à engager la conversation avec le client », a-t-il dit.

Au moment de sceller la transaction, la signature électronique se réalise sur tablette avec le doigt ou le stylet. Sur portable, elle prend la forme du nom du client plus les quatre derniers chiffres de sa proposition. Un courriel de confirmation est ensuite envoyé au client avec le conseiller en copie. Le client peut acquitter la prime initiale avec sa carte de crédit. Il peut aussi payer par Interac et créer un retrait préautorisé pour acquitter les primes par la suite.

Ce modèle répond aux demandes des conseillers et des agents généraux qui veulent toujours moins de paperasse. Il facilitera aussi le recrutement de clients de la génération Y, mais aussi des conseillers de cette génération habitués à travailler avec une tablette, croit le vice-président à la distribution de Canada-Vie. « Nous leur rendrons la vie plus facile. Nouvelles affaires en direct amènera du nouveau monde dans l’industrie, et nous nous attendons à une croissance de notre chiffre d’affaires. »

Publicité