MENU

La Capitale assurances générales poursuit sa percée en Ontario

par Vicky Poitras | 25 juin 2009 16h46

En mettant la main sur l'assureur à courtage York Fire & Casualty, La Capitale assurances générales a pu prendre pied dans le marché ontarien. C'était d'ailleurs une priorité que s'était fixée l'assureur en 2008 dans sa stratégie de croissance.En entrevue au Journal de l'assurance, John Strome, président et chef de l'exploitation de La Capitale assurances générales, dit que ce ne sont pas les projets qui manquent pour développer la filiale ontarienne du groupe.

M. Strome ajoute que York Fire sera son principal véhicule pour développer l'assurance de dommages à l'extérieur du Québec. À cet effet, York Fire vient tout juste de signer une entente avec la Fédération des clubs de motoneige de l'Ontario. L'entente avec ce regroupement, qui compte 85 000 nouveaux clients potentiels, sera en vigueur dès septembre 2009.

« On va offrir des produits spéciaux adaptés à ces membres via le réseau de courtage de York Fire. C'est une belle occasion d'affaire et c'est aussi une première.

Habituellement, ce sont les assureurs directs qui signent ce type d'ententes », dit le président de La Capitale.

L'assureur veut aussi que York Fire prenne une place plus importante dans le marché de l'assurance aux entreprises. Ce sera d'ailleurs une priorité de York Fire.

« On veut que York Fire prenne une position encore plus importante auprès des petites et des moyennes entreprises, ainsi que sur le marché du cautionnement », souligne M. Strome. York Fire a d'ailleurs lancé le service de cautionnement il y a environ deux mois, un service inspiré de celui déjà offert par une autre filiale de La Capitale : L'Unique.

Pour l'instant, York Fire a un volume de 10 M$ en assurance aux entreprises. M. Strome n'a pas voulu dévoiler la croissance visée dans ce segment d'affaires en Ontario, mais l'a qualifié de très importante, même « plus importante que celle visée dans les autres segments. Bien sûr, l'assurance auto et habitation vont demeurer un atout, on ne peut pas passer à côté ».

Avec un volume total de primes directes souscrites de près de 100 M$, York Fire reste pour le moment une petite compagnie pour le marché ontarien, selon John Strome qui ajoute que la croissance n'est pas la priorité absolue en 2009. « Le but, c'est de réviser les processus, de stabiliser la structure organisationnelle et de mettre en place les systèmes informatiques », dit-il.

La Capitale est en train de doter York Fire de son système informatique, mais adapté pour le marché ontarien, soit la langue, les blessures corporelles en plus de faire les modifications pour le courtage. « Pour York Fire, c'est un système tout à fait avant-gardiste et à la fine pointe de la technologie. La moitié de l'intégration du système est complétée et elle devrait être terminée en octobre prochain », précise M. Strome.

Autre projet : solidifier les partenariats avec le réseau de courtage qui comprend 200 cabinets situés surtout en Ontario, mais dont quelques-uns se trouvent en Alberta. « Je les ai déjà tous rencontrés à trois reprises », dit M. Strome.

À la fin mai, La Capitale assurances générales a invité les 45 meilleurs courtiers de York Fire à venir passer une fin de semaine à Québec pour qu'ils puissent visiter les bureaux de La Capitale. Ces courtiers représentent plus de 50 % du volume d'affaires de York Fire. « Nous avons mis des efforts pour que les cabinets de courtage soutiennent notre société et pour qu'ils comprennent le groupe avec lequel ils vont maintenant travailler », dit M. Strome.

Signe de son engagement en Ontario, la compagnie vient d'acheter un édifice nouvellement construit à Mississauga. La Capitale vient d'acquérir ce bâtiment avec sa société parente Penncorp Life. Tous les employés quitteront donc l'ancien édifice pour occuper les nouveaux bureaux à l'automne 2009.

Publicité