MENU

La croissance des directs et la concentration ralentissent en automobile

par Vicky Poitras | 29 mai 2008 18h30

Pour la première fois depuis 2000, la croissance des directs ralentit en assurance automobile. C’est ce qui ressort du rapport de tarification automobile 2007 de l’Autorité des marchés financiers, déposé en avril. De plus, le régulateur relève que la concentration du marché de l’assurance automobile au Québec demeure au même niveau. Le régulateur s’attendait à une baisse de la concentration l’an dernier.Les assureurs directs se sont approprié 51,6 % du marché de l’assurance automobile du Québec en 2007, tout secteurs confondus, par rapport à 51,3 % en 2006. Depuis 2000, la croissance des directs avait été d’au moins 1% par année.

Les directs maintiennent leur domination en assurance automobile des particuliers avec une part de 58,1 %, par rapport à 57,8 % en 2006. Pour l’assurance aux particuliers, il s’agit d’un huitième recul consécutif des assureurs à courtage.

Ces derniers dominent toujours le marché de l’assurance automobile aux entreprises, avec une part de 84 %, contre 84,2 % en 2006. Il s’agit néanmoins de la troisième année consécutive où les assureurs à courtage subissent un recul en assurance aux entreprises.

Concentration

Pour la cinquième année de suite, les 15 plus importants assureurs présents sur le marché québécois ont récolté 94 % du marché. ING Canada demeure l’assureur le plus important présent sur le marché de l’assurance automobile du Québec, avec une part de marché de 17,58 %, en recul par rapport aux 18,25 % récoltés en 2006. ING est suivi de Desjardins Groupe d’assurances générales et d’AXA Canada.

Les huit premières positions n’ont pas changé par rapport à 2006, mais il y a eu quelques changements dans les positions suivantes. SSQ grimpe d’un rang et passe à la 10e place grâce à une croissance de 14 % de son volume de primes directes souscrites. C’est d’ailleurs la meilleure croissance réalisée parmi les 15 principaux assureurs.

Wawanesa et Lombard Canada perdent un rang chacun. Wawanesa a subi une décroissance de 4 % et se retrouve au 14e rang. De son côté, Lombard enregistre une décroissance de 2 % et figure au 15e rang. La plus importante chute est celle du Groupe Economical, qui passe du 9e au 13e rang. L’assureur a vu ses primes automobiles diminuer de 15 % entre 2006 et 2007.

Fait nouveau en 2007 : les assureurs ont étendu leur souscription à l’ensemble des catégories de risques automobiles pour maintenir leur croissance. L’Autorité mentionne que certains assureurs ont vu leur part de marché plafonner au cours des dernières années, d’où la nécessité de prendre ce virage.

Tarification active

L’Autorité note que les assureurs ont fait des efforts pour aller chercher toutes les polices automobiles de leurs assurés, ce qui favorise leur stabilité grâce à la fidélité créée.

Les assureurs ont aussi investi le marché des véhicules récréatifs au dernier trimestre de 2006 et y ont accentué leur présence en 2007. L’Autorité révèle que les assureurs se sont particulièrement attardés au marché des autocaravanes et des caravanes.

En plus de maintenir une présence médiatique soutenue, les assureurs ont apporté de nombreuses modifications à leur manuel de tarification en 2007 pour se démarquer de la concurrence. L’Autorité a ainsi reçu 289 dépôts de modification aux manuels de tarification. Il s’agit d’une hausse de 24 % par rapport à 2006. L’Autorité lie cette hausse au développement de nouveaux produits, tel l’augmentation de la période de couverture pour la protection « valeur à neuf » et au développement du marché des véhicules récréatifs.

Les sections les plus consultées dans les manuels de tarification pour les véhicules de tourisme ont été celles des « rabais/surcharge » et des « territoires/municipalités ». Le critère de tarification qui a été modifié le plus souvent a été celui des systèmes de protection pour le vol, suivi par les caractéristiques du véhicule (marque, année et modèle). De plus, pour la première fois, les manuels de tarification des assureurs à courtage ont été plus consultés que ceux des assureurs directs. Les consultations des assureurs à courtage ont représenté 56% de l’ensemble des consultations en 2007.

Bien magasiner

Une fois de plus, l’Autorité recommande aux assurés de bien magasiner leurs polices, en ajoutant que le fait de demander plusieurs soumissions peut faire économiser un montant substantiel à l’assuré. À ce titre, l’Autorité souligne que les primes pour un même profil d’assuré peuvent varier de 145 %, comparativement à 79 % l’année dernière.

L’Autorité adresse une mise en garde supplémentaire aux assurés faisant affaire avec un courtier. Le régulateur leur recommande de veiller à ce que le courtier « ait réellement effectué la comparaison des prix pour eux ». L’Autorité ajoute qu’il « est important pour les consommateurs de comparer les prix entre plusieurs courtiers, car ceux-ci ne font pas affaire avec les mêmes assureurs ».

L’Autorité fait aussi remarquer dans son rapport que les assureurs accordent plus d’importance aux rabais qu’avant. Les rabais offerts aux assurés demeurant fidèles à l’assureur sont en hausse, tout comme ceux offerts aux clients qui affichent un bon dossier. Par contre, les assureurs ont aussi diminué, voire retiré dans certains cas, le rabais accordé aux conductrices vue l’augmentation de la sinistralité de cette clientèle.

L’Autorité souligne que de plus en plus d’assureurs encouragent leurs clients à adopter des pratiques respectueuses pour l’environnement. Ils ont ainsi introduit des rabais additionnels pour les propriétaires de véhicules hybrides et accordé des réductions de primes en fonction du kilométrage annuel.

Finalement, les assureurs ne travaillent plus uniquement sur le prix de la police pour attirer des clients. L’Autorité dit remarquer que les efforts des assureurs en matière de développement portent sur l’amélioration du service à la clientèle et des produits accessoires.

Selon l’Autorité, la baisse des tarifs amorcée il y a cinq ans se manifeste maintenant dans la prime moyenne souscrite, et ce, malgré le fait que l’âge moyen du parc automobile continue de diminuer et que la valeur des véhicules en circulation augmente. La prime moyenne souscrite pour les véhicules de tourisme a chuté de 0,4 % en 2007, pour s’établir à 695 $, et est en baisse graduelle depuis 2004.

Malgré l’hiver difficile, les assureurs du Québec ont enregistré une légère baisse des sinistres de 0,3 % pour les véhicules de tourisme. Les assureurs ont enregistré des hausses respectives de 2,1 % et de 3,3 % pour les garanties « responsabilité civile » et « collision », mais les sinistres de la garantie « accident sans collision ni versement » ont diminué de 4,8%.

« Bien que la fréquence des sinistres ait augmenté pour deux des trois principales couvertures du contrat d’assurance automobile, elle demeure à des niveaux historiques très bas pour l’ensemble des garanties », indique l’Autorité.

La progression du coût moyen des vols complets de véhicules se poursuit en 2007. Il augmente de 2,3 %, passant de 13 814 $ en 2006 à 14 138 $ en 2007. L’Autorité note une croissance de 2 % du coût moyen des réclamations pour « autres dommages », qui comprennent notamment l’incendie et le vandalisme. Il est ainsi passé de 2 447 $ en 2006 à 2 500 $ en 2007.

Bénéfice supérieur à la moyenne

Le bénéfice d’exploitation des assureurs est passé de 16,2 % des primes acquises en 2006 à 13,1 % cette année. Il demeure supérieur à la moyenne historique. Sur dix ans, le bénéfice des assureurs s’établit à 10,9 %, ce que l’Autorité considère comme un résultat remarquable. Sur 20 ans, le bénéfice d’exploitation des assureurs est de 7,8 %.

L’Autorité croit que l’ampleur des bénéfices réalisés par les assureurs au cours des dernières années devrait entraîner d’autres baisses de primes en 2008. « La fréquence des sinistres automobiles demeure à des niveaux très faibles et elle devrait se maintenir sensiblement au même niveau en 2008, ce qui milite pour d’autres réductions de primes, et ce, malgré la baisse des bénéfices en 2007 », conclut l’Autorité.

Publicité