MENU

La démence : un problème sociétal

par Sophie Boltz | 26 janvier 2011 14h29

Pas moins de 103 000 Canadiens auront développé une démence en 2010. Cette maladie fait donc une nouvelle victime toutes les deux minutes, a affirmé le docteur Tim Meagher, directeur général associé, affaires médicales au Centre universitaire de santé McGill et directeur médical pour La Munich à Montréal.

Selon lui, les personnes les plus à risque ont entre 45 et 65 ans et plus de 65 ans. Il y a plus de femmes atteintes d’Alzheimer car elles vivent plus souvent au-delà de 70 ans que les hommes. Les profils à risque sont les fumeurs, les diabétiques, les personnes ayant du cholestérol, de l’hypertension, des risques génétiques, un mauvais mode de vie et ayant eu un infarctus.

Comment diagnostiquer la démence? Le diagnostic du médecin peut être précis à 90 %. Toutefois, il faut être attentif aux témoignages de membres de la famille car ils peuvent détecter cette maladie plus rapidement que le médecin. Les symptômes sont principalement : la difficulté à conserver sa pensée abstraite, les changements d’humeur, la perte d’initiative, la perte de mémoire, la difficulté à s’exprimer, la désorientation.

« Le niveau d’éducation protège contre la démence. Toutefois, personne n’est à l’abri. Plus la démence est sévère, plus le risque de mortalité est accru », a souligné M. Meagher.

Parmi les cas de démence, on compte 60 à 80 % de victimes d’Alzheimer et 10 à 20 % de démence vasculaire, a-t-il indiqué. L’origine de la démence n’est pas claire. Elle pourrait être une conséquence de la vie moderne : les progrès de la médecine permettant de vivre plus longtemps, les cas de démence se seraient alors multipliés.

Sophie Boltz

Publicité