MENU

La part de marché de la vie universelle s’écroule

par Alain Thériault | 18 juin 2013 15h29

Les dernières hausses de prix se font sentir sur la vie universelle. Le déclin de ses ventes s’est intensifié au premier trimestre, et le produit traine de plus en plus derrière la vie entière, en matière de parts de marché.Les parts de marché de l’assurance vie individuelle que détient la vie universelle au Canada et celle de la vie entière sont totalement l’inverse de ce qu’elles étaient il y a cinq ans, révèlent les données préliminaires de LIMRA, pour le 1er trimestre de 2013.

« La plupart des mouvements dans les ventes au Canada se sont faits de la vie universelle vers la vie entière », observe la responsable des sondages d’assurance vie individuelle de LIMRA, Karen Terry, en entrevue au Journal de l’assurance.

À 53 % en 2008, les primes en vigueur du produit étoile des années 2000 ne comptaient plus que pour 26 % du total des primes d’assurance vie individuelle au Canada, au 31 mars 2013. La vie entière en a profité pour accaparer 45 % du marché, alors qu’elle n’en détenait que 23 %, il y a cinq ans. En 2012 seulement, elle arrachait 7 % des parts à la vie universelle, par rapport aux chiffres de 2011.

L’assurance temporaire a consolidé sa part de 22 % à 29 %, durant ces années. Ce produit a le mérite d’être insensible aux fluctuations des taux d’intérêt à long terme.

L’assurance vie universelle a en outre connu un 1er trimestre particulièrement difficile en termes de ventes annualisées, alors que celles-ci ont reculé de 19 %, par rapport au même trimestre de 2012. Le nombre de polices de vie universelle a pour sa part reculé de 26 %, durant cette période de comparaison. Le montant assuré en termes d’assurance vie universelle a reculé autant, durant cette période de comparaison.

Après des résultats positifs en 2011, les primes d’assurance vie universelle s’étaient mises à descendre en flèche l’année suivante. Celles-ci avaient terminé 2012 en baisse de 14 % par rapport à 2011. Le nombre de polices avait affiché la même baisse durant cette période.

Entrainées par la persistance des bas taux d’intérêt à long terme, les dernières hausses ont donc produit leur effet. « Les taux d’intérêt ne montrent aucun signe d’une remontée à court terme », a renchérit Karen Terry.

L’impact des taux d’intérêt joue à la fois sur le prix et les garanties du produit, tel le rendement minimum promis pour les options d’investissement à taux fixe. « Les deux stratégies s’observent aux États-Unis et au Canada : les assureurs ajustent leurs caractéristiques pour amoindrir le risque de taux d’intérêt », ajoute Mme Terry.

Parmi les modifications les plus récentes observées, RBC Assurances a diminué le taux d’intérêt minimum qu’elle garantit sur les options d’investissement à revenu fixe de sa Vie universelle RBC. Par exemple, l’option d’investissement à terme 10 ans est passé d’une garantie de taux de 3,5 % à 2 % sur son produit de base (sans boni).

Plusieurs assureurs l’avaient précédée dans ce type de changement, la plupart réduisant aussi la garantie sur option fixe de 10 ans à 2 %, comme l’a fait Financière Manuvie. Arrivé récemment dans ce marché, Groupe Financier SSQ a établi le sien à 2 % dans VU Protection. D’autre se sont montrés encore plus prudents. Empire Vie l’a par exemple établi à 1,75 %, Financière Sun Life, Great-West, Canada-Vie, Transamerica Vie Canada et Desjardins Assurances, à 1,5 %, BMO Assurance, à 1 % et l’Industrielle Alliance, à 0 %.

Le virage vers les produits ajustables

Si les taux planchers devaient se maintenir, l’analyste de LIMRA a bon espoir en la créativité des assureurs canadiens pour trouver des façons de s’adapter autres que les hausses de prix ou le retrait de garanties. Elle en veut pour preuve les produits à primes ajustables, pour lesquels l’assureur ajustera la prime de départ, selon la direction que prendront les taux d’intérêt.

Après UV Mutuelle, en 2012, et Empire Vie, plus tôt ce printemps, l’Industrielle Alliance s’est lancée dans la cohorte des primes ajustables, le 3 juin. À la différence de ses deux concurrents, elle l’a fait avec une vie universelle. Lors d’un discours prononcé au Cercle de la finance internationale de Montréal, le 30 mai, le PDG de la compagnie, Yvon Charest, a révélé lancer ce produit en réponse aux faibles taux d’intérêt à long terme. Le nouveau produit se nomme Tendance.

« L’industrie se transforme en ce qui touche les produits garantis à long terme. Les assureurs doivent s’éloigner de ces produits, et c’est ce que nous commençons à faire. » Il a ainsi rappelé que le taux des obligations du Canada 35 ans a connu un creux inédit en 2012, soit 2,22 % rappelle M. Charest. Au moment de son allocution, ceux-ci avaient remonté à 2,58 %.

De son côté, Empire Vie offre, depuis le 1er avril, un produit d’assurance vie entière sans participations à primes ajustables : Solution 100 Hybride. La protection est nivelée. Les primes (et les valeurs de rachats) s’ajustent chaque année, à l’intérieur d’une série de neuf montants préétablis, chacun lié à une fourchette de taux d’intérêt qui repose sur les obligations du Canada. Ces fourchettes qui déclenchent un ajustement se répartissent entre un maximum de moins de 1 % et de 8 %. Actuellement, la prime du produit a été établie entre 2 % et 2,99 %.

Les assurés paieront une prime plus basse si les taux d’intérêt à long terme augmentent au-delà de la fourchette préétablie et une prime plus élevée, s’ils baissent. L’assureur garantit des primes maximales et minimales, une protection d’assurance nivelée à vie et une valeur de rachat minimale.

« Ces deux dernières années, les Canadiens et leurs conseillers ont dû composer avec de nombreuses hausses de prix et un choix plus limité de produits d’assurance vie permanente, en raison des faibles taux d’intérêt qui perdurent, avait affirmé Sean Kilburn, vice-président principal, assurance vie d’Empire Vie, au moment du lancement. Nous entendons sans cesse que les taux d’intérêt augmenteront et que les hypothèques et autres couts suivront la même tangente. »

En juin, UV Mutuelle a étendu son concept d’assurance à primes ajustables Équitable, lancé en mars 2012. L’assureur avait débuté avec la vie entière Adaptable Équitable. Tous ses autres produits permanents héritent maintenant du concept Équitable, sauf la vie universelle.

UV Mutuelle dit se distinguer de la concurrence autrement. « Contrairement aux produits révisables qui font leur apparition sur le marché, la prime de nos produits Équitables ne pourra jamais dépasser la prime initiale, et nos échelles de valeurs de rachat sont garanties et ne varient pas selon les taux d’intérêt », dit Luc Pellerin, vice-président exécutif et actuaire désigné d’UV Mutuelle.

Les produits devenus Équitable sont L’Adaptable, une vie entière payable en 20 ans, L’Intégral, une police avec valeurs libérées et les produits de maladies graves, AdapSanté et AdaptSanté Hybride. « Nous étions des précurseurs avec cette idée, l’année dernière, mais on a vu d’autres compagnies emboiter le pas. Il était devenu naturel pour nous d’étendre le concept à nos autres produits permanents. Si plus d’assureurs lancent de tels produits, cela favorisera nos ventes », dit M. Pellerin.

D’autres joueurs pressentis pour suivre la tendance se font toutefois discrets. « Il est trop tôt pour nous de commenter en ce sens » a répondu Kiara Famularo, conseillère en communications de RBC Assurances.

Le bruit court que Manuvie pourrait lancer un produit hybride. « Nous n’avons pas de plans pour des nouveaux produits à partager pour le moment », a toutefois répondu l’assureur par la bouche de sa porte-parole, Jana Miller.

Chez BMO Assurance vie, le vice-président principal du markéting, Steven Carter, a dit « observer avec intérêt cette tendance vers les produits ajustables, particulièrement depuis le lancement du produit d’Empire Vie ». À ce stade-ci, M. Carter dit ne pas prévoir le lancement d’un tel produit cette année. « Préoccupés par la rentabilité de leurs produits, plusieurs assureurs considèrent cette avenue comme une très bonne idée », observe-t-il.

BMO a entamé quelques discussions sur un lancement éventuel, qui ne serait pas nécessairement un produit ajustable. « Nous hésitons entre un produit de vie entière avec participations ou un de ces nouveaux hybrides (comme Solution 100 Hybride d’Empire Vie). Nous n’avons rien décidé encore », a-t-il confié.

L’assureur ne prévoit pas changer son produit de vie entière sans participations de base. « Nous avons de très attrayants produits de vie entière sans participations : Vie 20 primes, Temporaire Plus à 100 ans et Temporaire Platine à 100 ans. » Leurs ventes ont en effet pris de l’expansion au détriment des ventes de la vie universelle traditionnelle, a-t-il ajouté.

M. Carter a précisé que la vie universelle demeure toutefois le noyau des affaires de BMO, et que ses ventes totales sont de loin supérieures à celles de la vie entière. Il prévoit que la vie universelle en déclin verra ses ventes se stabiliser et, éventuellement, revenir à la croissance. « Si les taux d’intérêt augmentent, cela enlèvera beaucoup de pression aux assureurs », dit M. Carter.

Publicité
Sur le même sujet …