MENU

La Survivance s’attaque au marché du non-résiliable

par Vicky Poitras | 09 novembre 2006 20h09

Convaincue qu’une partie de la population québécoise active est mal desservie en assurance invalidité individuelle, La Survivance s’attaque au créneau des produits non résiliables, mais avec un produit non garanti.La Survivance estime que le client typique en assurance salaire souhaite plus que jamais accéder à une protection de qualité sans y perdre sa chemise. La compagnie de Saint-Hyacinthe veut donc se placer dans le vacuum qui existe entre les produits non résiliables des gros assureurs et les produits non garantis, de qualité moindre, affirme son vice-président, marketing et ventes en assurance individuelle, Stéphane Rochon.

Pour secouer le quasi-monopole du marché non résiliable, occupé par Great-West, Canada-Vie, Manuvie et RBC Assurances, La Survivance propose des définitions d’invalidité se rapprochant des leurs.

Mais la similitude s’arrête là! Pour arriver à un prix plus bas que celui des concurrents, l’assureur propose un contrat et une prime non garantie. Puis, pour minimiser l’image bas de gamme souvent accolée aux produits disposant de caractéristiques non garanties, elle offre un remboursement de primes… garanti.

« Avec une prime non garantie comme la nôtre, le client économise entre 25 et 40% du coût par rapport à un produit non résiliable, assure Stéphane Rochon. À court terme, ça vaut le coup! »

En effet, tous ne veulent pas nécessairement garder leur police pendant 15 ou 20 ans, soutient-il. Les primes garanties n’ont donc pas autant d’importance pour eux que la qualité des définitions.

« La réalité des employés en 2006, c’est de changer d’emploi tous les sept ans ».

Marché cible

Avec son nouveau produit, La Survivance vise une clientèle de nouveaux entrepreneurs, de cols bleus et de professionnels à salaire moyen (80 000$ et moins), ainsi que tous ceux qui ne disposent pas d’un régime d’assurance collective.

Selon Stéphane Rochon, le potentiel d’un tel créneau est énorme. De 40% à 50% de la clientèle en assurance invalidité individuelle au Québec, estime-t-il.

PAIRE (pour Police d’Assurance Invalidité REmboursable) est offert moyennant une prime non garantie étalée selon deux choix : nivelée 10 ans ou nivelée jusqu’à 65 ans. La compagnie pourra modifier la prime si l’expérience inhérente à un groupe d’assurés aux caractéristiques similaires le justifie.

En outre, la compagnie rembourse à 100% la prime lorsque l’assuré atteint l’âge de 65 ans, moins les réclamations. Un remboursement de 75% des primes au bout de 10 ans est aussi offert en option, mais pour y être admissible, l’assuré ne doit pas avoir réclamé.

Les définitions d’invalidité proposées prévoient la garantie propre profession deux ans ou cinq ans, ou en avenant jusqu’à 65 ans.

Le produit offre aussi une option d’assurance vie à taux garanti. « Si l’assuré décède, la prestation mensuelle est versée au conjoint survivant ou à la succession jusqu’au moment où l’assuré décédé aurait eu 65 ans. »

L’option vie n’est pas une première et existe déjà sur son récent produit de maladies graves Prodige. L’option connaît un vif succès puisqu’elle est émise sur 70% des polices Prodige. Le produit de maladies graves a pour sa part franchi le cap des 1 200 polices en 2006.

Publicité