MENU

La télématique entrainera une transformation en profondeur de l’industrie, prévoit Accenture

par Mathieu Carbasse | 21 janvier 2015 08h38

La télématique a le potentiel pour changer durablement et profondément l’ensemble du secteur de l’assurance automobile. C’est ce qu’indique la firme de recherche britannique Accenture dans son récent rapport Insurance telematics : A game-changing opportunity for the industry.

En effet, de l’amélioration de la tarification des risques à la réduction des réclamations, en passant par une meilleure détection des fraudes ou encore par la création de nouveaux services au client, l’avènement de la télématique pourrait entrainer une petite révolution.

Interrogés dans le cadre d’une enquête parallèle (Accenture Consumer-Driven Innovation Survey 2013), des conducteurs des quatre coins du globe (Amérique du Nord, Europe, Asie du Sud-Est, Brésil et Afrique du Sud) ont affirmé voir d’un très bon œil le développement de la télématique. Parmi les raisons retenues, on retrouve : diminution des primes d’assurance, exclusion du sexe d’une personne comme variable de tarification ainsi que diminution du nombre d’accidents et de vols.

Des utilisateurs grandement favorables

Toujours selon ce sondage, les conducteurs, dans une proportion de 77 %, voudraient se voir offrir des primes basées sur la consommation mensuelle de voiture, grâce au développement de la télématique. Parmi eux, 63 % aimeraient aussi obtenir des produits d’assurance plus personnalisés en fonction de leurs comportements.

La liste de leurs demandes ne s’arrête pas là. Les conducteurs sondés par Accenture aimeraient obtenir de l’information sur le trafic et les accidents (56 %), bénéficier de coaching pour devenir de meilleurs conducteurs – et donc profiter d’une réduction des primes – (56 %), ainsi qu’avoir une application pour téléphones intelligents qui enregistre les habitudes de conduite.

Un marché et une offre encore limités

Toutefois, et en dépit de sa récente croissance et de quelques acteurs notables (Progressive, aux États-Unis, ou Unipol-Fondiaria Sai, en Italie), le marché de la télématique demeure encore restreint. Par exemple, au Royaume-Uni – l'un des marchés de la télématique les plus développés avec près de 20 offres différentes –, ce secteur ne concerne que de 2 % à 3 % des polices d'assurance automobile vendues.

De plus, les assureurs sont encore aux prises avec de nombreux enjeux. Ils cherchent notamment à mieux comprendre les perceptions des consommateurs, la psychologie du conducteur et la façon d'utiliser efficacement les technologies de la télématique. En conséquence, parmi les offres actuelles, il n’existe que peu de standardisation de la technologie, des données qui sont collectées et analysées, ou encore des avantages qui sont promus aux consommateurs.

Chez les assureurs, certaines questions demeurent toutefois, et on devra y trouver des réponses avant de généraliser l’usage de la télématique. Accenture note entre autres la question du respect de la vie privée et de la difficulté à obtenir une tendance précise de l'ensemble des comportements de conduite. La nécessité d’équilibrer le risque et la récompense de façon à ce que les consommateurs soient en mesure de voir au-delà du caractère intrusif grâce à un gain financier substantiel fait aussi partie des défis des assureurs, indique la firme de recherche.

Publicité