MENU

Le fonds immobilier GWL toujours bloqué

par Vicky Poitras | 26 mars 2009 15h10

Partout sur la planète, les fonds d’investissement immobilier connaissent des difficultés et le plus important fonds distinct immobilier au Canada en est un parfait exemple.La société Conseillers immobiliers GWL a annoncé en décembre dernier l'ajournement des rachats dans le portefeuille qu'elle gère pour Great-West, Canada Vie et London Life. Les sorties de fonds sont toujours impossibles au moment de mettre sous presse, soit au début de mars.

Entre temps en Espagne, Banco Santander a dû réduire le débit des rachats en permettant à plus de 43 000 investisseurs de ne retirer qu'une partie de leur capital placé dans son fonds immobilier. Ce fonds cumule 2,62 milliards d'euros.

En Grande-Bretagne, Norwich Union, Scottish Widows, et Standard Life ont interdit les sorties de leurs fonds immobiliers alors qu'ils tentent de liquider l'actif sous-jacent dans un marché déprimé.

Le resserrement du crédit et l'affaiblissement de l'économie ont mené la vie dure à ceux qui investissent dans l'immobilier. D'une part, la valeur des propriétés et les taux d'occupation diminuent et d'autre part, les acheteurs ont de plus en plus de difficulté à trouver du financement.

Cette situation a rendu l'immobilier plus difficile à convertir en argent liquide qu'à la normale. Si les gestionnaires de fonds immobilier n'ont pas suffisamment de liquidités pour honorer les demandes de retrait, ils ne peuvent pas faire une vente à rabais.

Ils ont besoin de temps pour mener une vente ordonnée de l'actif, qui laissera le portefeuille bien diversifié en termes de types de résidence et de lieux.

« Nous avons pris cette décision afin de protéger l'avoir à long terme des détenteurs d'unités et de traiter tout le monde de façon équitable », dit Alf Goodall, vice-président, marketing, retraite et investissement, individuelle pour Great-West, Canada Vie et London Life.

« L'ajournement des rachats et des transferts à partir du fonds nous permet de renflouer les liquidités. Si nous devons vendre une excellente composante de l'actif détenu dans le portefeuille, l'ajournement donne le temps d'obtenir une juste valeur et de préserver la valeur des détenteurs de parts. »

Le fonds immobilier traite toujours les plans de retraits systématiques qui étaient en vigueur en date du 15 décembre 2008 et poursuit les versements dans le cadre des FRV et des FERR.

Toutefois, si le client détient d'autres placements en plus du fonds immobilier, les unités de ces fonds seront rachetés en premier lieu.

Si un détenteur du fonds immobilier atteint 71 ans cette année, il peut tout de même transférer l'actif dans un FRV ou un FERR, mais seulement le minimum requis sera payé jusqu'à la fin de l'ajournement.

Si les conseillers ont des clients qui font face à des circonstances imprévues, ils peuvent écrire une lettre à l'ombudsman de la compagnie et ainsi obtenir une exception.

Ils devront démontrer avoir un urgent besoin d'argent et prouver qu'ils ne peuvent obtenir les sommes suffisantes à partir d'une autre source.

Selon des documents sur le site internet de Conseillers immobiliers GWL, les liquidités du fonds immobilier sont passées de 530 millions $ en 2007 à 13 millions $ à la fin de 2008.

Publicité