MENU

Les courtiers immobiliers s’auto-assurent

par Vicky Poitras | 09 novembre 2006 20h15

L‘Association des courtiers et agents immobiliers du Québec (ACAIQ) a mis en place son propre fonds d’assurance responsabilité professionnelle en août dernier.Les courtiers et agents immobiliers rejoignent les avocats, dentistes et notaires, qui sont quelques-unes des professions à compter sur leur propre fonds d’assurance. C’est AXA Assurances qui assurait les professionnels de l’ACAIQ. La firme Dale-Parizeau LM agit encore à titre d’intermédiaire auprès de l’ACAIQ, qui compte plus de 16 000 professionnels.

Selon Maurice Bussières, vice-président des marchés corporatifs chez Dale-Parizeau LM, l’ACAIQ a diminué ses coûts en procédant ainsi.

« Il y a eu une hausse de tarifs assez importante dans le domaine de la responsabilité professionnelle, ce qui a incité l’ACAIQ à commander une étude de faisabilité pour avoir son propre fonds d’assurance responsabilité professionnelle. L’Association a ensuite décidé de concrétiser celle-ci et le nouveau fonds a débuté tout récemment », explique M. Bussières.

Pierre Cyr, vice-président en assurances spécialisées chez AXA Assurances, constate que de plus en plus d’associations professionnelles décident de constituer leur propre fonds de responsabilité professionnelle.
« Comme d’autres professions, les courtiers immobiliers ont décidé de s’auto-assurer. C’est une tendance qui se vit depuis 20 ans, et qui a commencé avec les avocats. Les dentistes, notaires et architectes ont ensuite suivi et ça se poursuit toujours», explique-t-il.

M. Cyr ne cache pas que les membres de l’ACAIQ représentaient un important volume d’affaires pour AXA, mais ne craint pas ce départ compte tenu de sa présence dans d’autres secteurs. Celui-ci souligne également que ce n’est pas tous les professionnels de l’ACAIQ qui seront contents du nouveau fonds.

«Pour la moitié des courtiers, notre police était moins chère, alors qu’elle était plus chère pour l’autre. Notre police avait des critères plus élevés et certains devront faire face à des hausses de primes. D’autre part, ils se retrouvent maintenant devant un seul choix. Nous continuons tout de même à offrir une assurance excédentaire pour les courtiers qui le désirent », révèle M. Cyr.

Maurice Bussières chiffre à environ 500$ la prime moyenne que les professionnels de l’ACAIQ auront à débourser pour leur couverture de responsabilité. Les cabinets devront également débourser 500 $ supplémentaires pour leur couverture.

Publicité