MENU

Les fonds à cycle de vie, une nouvelle tendance

par Vicky Poitras | 16 avril 2006 18h49

Très en vogue aux États-Unis au sein des régimes de retraite, les fonds à cycle de vie sont de plus en plus populaires au Canada.Ce type de fonds permet au participant de voir les actifs qui composent son fonds s’adapter à son âge ainsi qu’à la date à laquelle il prévoit prendre sa retraite. Les actifs du fonds se modifient au fur et à mesure que le participant approche de la retraite.

Standard Life a lancé sa série de fonds à cycle de vie en février dernier. Financière Manuvie avait pris de l’avance en lançant les siens au cours de l’automne 2005.

La Financière Sun Life dit être le premier assureur canadien à avoir lancé un fonds ciblant une date de retraite, destiné à ses régimes collectifs. En fait, la série de fonds distincts à horizon de placement axé sur le cycle de vie a été lancée il y a un an.

D’autres assureurs joindront la tendance sous peu. « Nous lancerons des fonds à cycle de vie cet été », révèle pour sa part Michael Campbell, vice-président marketing, retraite collective chez Great-West, London Life et Canada Vie.

M. Campbell croit que l’inertie de la population [en matière de planification de la retraite] favorise l’apparition de nombreux fonds de la sorte. Les gens ne suivent pas l’évolution de leur régime de retraite, et du coup, ces fonds à cycle de vie sont perçus comme une solution, explique-t-il.

Respecter l’individualité

Toutefois, ils comportent leurs avantages et leurs inconvénients, prévient M. Campbell. « L’un des défis lorsque l’on choisit un fonds qui cible une date de retraite, c’est que le calcul sera effectué en prenant pour acquis que tout le monde aura le même profil de risque durant toutes ces années. »

Chaque participant est donc considéré comme un investisseur moyen avec une tolérance au risque moyenne. Alors qu’en réalité, des individus qui ont la même date de retraite éventuelle peuvent très bien avoir des besoins financiers fort différents.

Ce sera le cas d’un employé qui a économisé beaucoup d’argent hors de son régime collectif, ou dont le conjoint percevra une excellente retraite du gouvernement. Cette personne montrera une tolérance au risque plus élevée qu’un participant aux revenus moyens, fait observer M. Campbell.

Il ajoute que lorsque les produits à cycle de vie seront lancés, l’assureur offrira un cycle de vie traditionnel, « destiné aux personnes dans la moyenne », ainsi qu’une solution intermédiaire, destinée aux membres qui désirent ajuster le risque selon leur tolérance.

Option par défaut

Le participant à un régime de retraite à cotisations déterminées qui ne prend aucune décision de placement voit généralement son pécule investi dans une option de placement par défaut.

Il s’agit d’un type de placement dans lequel le promoteur de régime met tous les participants qui n’ont pas sélectionné d’option de placement dans leur régime collectif.

Habituellement, l’option par défaut choisie par le promoteur est un fonds du marché monétaire ou un fonds équilibré.

De plus en plus dans l’industrie, on croit que les fonds cycle de vie constitueront une meilleure option par défaut, explique Christopher Cartwright, directeur, stratégies commerciales, épargne et régimes de retraite collectifs à la Standard Life.

Publicité