MENU

Les garanties de retrait continuent de stimuler les ventes de fonds distincts

par Vicky Poitras | 25 septembre 2009 14h27

Encore cette année, ce sont les garanties de retrait qui ont stimulé les ventes de fonds distincts. Paradoxalement, les assureurs sont en train de revoir ces garanties, devenues trop risquées.Les ventes nettes de fonds distincts ont atteint plus de 2,5 milliards de dollars (G$) pour la première moitié de l'année 2009. « C'est un très bon résultat », lance Iassen Tonkovski, analyste principal chez Investor Economics, une firme de recherche et d'analyse en fonds d'investissement. « Les ventes des fonds distincts ont toutefois perdu un peu de leur élan », ajoute-t-il. Les ventes nettes observées durant les six premiers mois de l'année 2009 sont moins élevées que celles qu'a connues l'industrie lors de la même période en 2008, alors qu'elles atteignaient près de 2,9 G$. Il s'agit d'une baisse de 11,7 %.

Par contre, la baisse des ventes nettes dans l'industrie des fonds distincts est moins sévère que celle qui affecte les fonds communs. Les ventes nettes de fonds communs ont atteint 3,84 G$ de janvier à juin 2009 alors qu'elles étaient de 12,77 G$ pour la même période en 2008. C'est une baisse de 70 %.

Iassen Tonkovski explique que, comme l'an dernier, ce sont les garanties de retrait minimum et les garanties de retrait viager qui stimulent les ventes de fonds distincts. Ce produit procure au rentier un revenu garanti pendant plusieurs années ou à vie. Il répond à une inquiétude importante : l'épuisement des ressources financières à la retraite. « Les garanties de retrait continueront à stimuler les ventes », dit M. Tonkovski. Il ajoute que ce sont des produits essentiels dans l'offre des assureurs, surtout au fur et à mesure que les baby-boomers vieillissent et commencent leur retraite.

L'analyste croit d'ailleurs que les compagnies qui n'offrent pas de produits à garantie de retrait minimum ou à vie risquent de perdre des parts de marché dans l'industrie des fonds distincts.

Parmi les principaux joueurs, Great-West Lifeco est l'un des assureurs qui n'offrent pas de garantie de retrait minimum avec ses contrats. Premier au classement de l'actif sous gestion des fonds distincts depuis plusieurs années, Great-West a maintenant glissé en deuxième position, au profit de la Financière Manuvie.

Par contre, Great-West analyse le marché des garanties de retrait à vie pour savoir s'il serait avantageux de s'y aventurer. « La Compagnie surveillera les faits nouveaux dans ce domaine et étudiera la possibilité de lancer des produits garantis à rente viagère en 2009 », peut-on lire dans le rapport annuel.

Avant la saison REÉR

RBC Assurances est une autre compagnie qui considère le lancement de ce type de garantie avant la fin de 2009 ou au début de 2010.

Bien que les deux compagnies n'aient pas annoncé de date précise en vue d'un lancement, Iassen Tonkovski a noté que dans le passé, certains assureurs ont lancé leur produit de garantie de retrait en octobre et en novembre, un peu avant le début de la saison REÉR.

Depuis quelques mois, les compagnies d'assurance de personnes réduisent les garanties offertes dans leurs contrats de fonds distincts. Selon M. Tonkovski, la volatilité des marchés boursiers est la principale raison pour ces modifications. Malgré tout, les réserves des assureurs canadiens demeurent fortes, selon lui.

Il ajoute que l'exposition aux risques des compagnies a augmenté. La situation est similaire à celle que l'industrie a connue au début des années 2000 lorsque le Bureau du superintendant des institutions financières a introduit des règles de capitalisation plus strictes et que les marchés se sont effondrés, dit-il. À ce moment, le prix des polices et les caractéristiques ont été revus afin de se conformer aux nouvelles normes. « Nous voyons une situation similaire dans le marché actuellement. Nous nous attendions certainement à des changements », dit M. Tonkovski.

Récemment, Desjardins Sécurité financière (DSF) a annoncé la suspension temporaire de la vente de son produit de retrait minimum offerte avec son contrat Helios. DSF dit vouloir faire une refonte du produit et réduire le risque qu'elle assume. Dans les six premiers mois de 2009, l'assureur a connu une explosion de ses contrats de fonds distincts, surtout attribuable à Helios. La hausse des ventes nettes a atteint 815 % de janvier à juin, selon les données compilées par Investor Economics. « DSF continuera à connaitre des bonnes ventes grâce à son produit de retrait viager, qui est très compétitif », dit M. Tonkovski.

« C'est probable qu'il y ait d'autres changements apportés aux contrats de fonds distincts dans l'industrie. Ils ne seront peut-être pas aussi significatifs que celui de DSF, mais ils serviront à réduire l'exposition au risque des assureurs. Plusieurs ont d'ailleurs déjà annoncé des modifications aux contrats : Sun Life, Empire Vie et Manuvie, notamment », dit-il.

Mieux que les fonds communs

L'industrie des fonds distincts a augmenté son actif sous gestion de 11,9 % dans la première moitié de l'année 2009. À la fin juin, il atteignait 70,8 G$. « Les deux tiers de cette hausse sont liés à la performance des marchés boursiers pendant le deuxième trimestre de cette année. Le dernier tiers est la conséquence des ventes nettes positives », explique M. Tonkovski.

Selon l'analyste, les fonds communs ont aussi connu une hausse de l'actif sous gestion durant la première moitié de l'année, une hausse moins importante que celle des fonds distincts. L'augmentation de l'actif est de 7,9 % et l'actif sous gestion de l'industrie s'élève à 547,1 G$.

Dans le classement, la Financière Manuvie est la compagnie qui a la plus grande part de marché dans l'industrie des fonds distincts. Avec la première place au palmarès et 28,8 % des parts au 30 juin 2009, Manuvie déloge Great-West qui se retrouve en deuxième position, avec 27 %. Great-West est d'ailleurs la compagnie qui a perdu le plus de terrain depuis le mois de juin 2008, en cédant 1,8 %. Manuvie en a pour sa part gagné 1,3 %.

Bien que La Financière Sun Life demeure en troisième position, c'est l'entreprise qui a le plus augmenté sa part de marché entre juin 2008 et juin 2009. Elle est passée de 12,9 % à 14,4 %.

Publicité
Sur le même sujet …