MENU

Les générations X et Y ne se soucient pas d'épargner pour la retraite

par Mathieu Carbasse | 26 octobre 2015 09h30

Selon le dernier indice de confiance des épargnants Manuvie, quatre post-boomers fortunés sur dix (43 %) sondés croient que leur revenu à la retraite sera supérieur à ce dont ils ont besoin, malgré la faible priorité qu'ils accordent à l'épargne-retraite. En outre, ils craignent moins (7 %) que leurs parents et les personnes des autres groupes d'âge de manquer d'argent à la retraite.

La principale préoccupation des répondants des générations X et Y est de maintenir leur style de vie actuel (24 %). Il est de notoriété publique que la génération des post-boomers croule sous les dettes étudiantes. Pourtant, un sur cinq (19 %) croit qu'il atteindra ses objectifs financiers plus vite que prévu, un chiffre presque deux fois supérieur à celui des autres groupes d'âge.

« Comme la plupart des post-boomers travailleront encore plus de 30 ans, ils font fausse route s'ils pensent qu'ils seront à l'aise financièrement à la retraite, d'autant plus qu'ils n'ont pas comme principale préoccupation financière d'épargner pour la retraite, mentionne Stéphane Langlois, directeur principal des ventes chez Manuvie. Ils devraient penser à rembourser leurs dettes, à se constituer une épargne et à adopter de bonnes habitudes de consommation s'ils veulent assurer leur sécurité financière à la retraite. »

Moins d’investissement dans les fonds

Le sondage a également révélé que les Canadiens restreignent leurs placements dans les titres à revenu fixe, les fonds négociés en bourse (FNB) et les fonds de placements (tous en baisse de 4 % sur six mois), mais continuent d'investir dans leur maison et leur REER. De fait, 93 % des répondants sont propriétaires de leur maison et 70 % étaient d'avis que c'était un bon moment pour y investir.

Presque le tiers des Canadiens affirment que le maintien de leur style de vie constitue leur principale préoccupation financière. Ils craignent également de manquer d'argent à la retraite et d'être endettés à leur départ à la retraite. Plus de la moitié des répondants (52 %) disent que leur situation financière est meilleure qu'il y a deux ans.

Publicité
Sur le même sujet …