MENU

Les régimes de retraite à prestations déterminées se portent bien au deuxième trimestre

par Andrea Lubeck | 06 juillet 2018 09h45

Photo : Freepik

Le ratio de solvabilité médian des régimes de retraite à prestations déterminées s’est maintenu au-dessus de la barre de 100 % au deuxième trimestre, selon les analyses de Mercer et Aon. La première firme rapporte un ratio médian de 107 % au 29 juin, alors que celui de la deuxième était de 100,2 % à la même date.


Le ratio de solvabilité médian des régimes Aon


Mercer précise que la près de la moitié des régimes de retraite à prestations déterminées canadiens sont pleinement capitalisés, alors que chez Aon, ce taux s’élève à 50,8 %. Pour cette dernière, il s’agit d’une hausse par rapport au trimestre précédent, alors que 45,8 % des régimes de retraite étaient pleinement capitalisés.


Répartition des degrés de solvabilité estimatifs des clients de Mercer


Les tensions internationales à surveiller

Malgré une volatilité accrue de 50 % en 2018, Aon affirme que les régimes de retraite à prestations déterminées « se sont très bien comportés dans une période marquée par des manchettes inquiétantes et des tensions internationales croissantes ».

« Il n’en faudrait pas beaucoup pour que tous les gains de solvabilité de cette année s’évanouissent, et rapidement. De toute évidence, les promoteurs de régimes devraient maintenant réfléchir aux étapes permettant de mettre en œuvre ou de mettre à jour leurs stratégies de gestion des risques », souligne Claude Lockhead, associé exécutif et directeur de la pratique Retraite de la région de l’Est chez Aon.

La vigueur des marchés bénéfique

Chez Mercer, on remarque que la solvabilité des régimes de retraite a bénéficié de la vigueur des marchés. « Malgré la persistance de taux d’intérêt particulièrement bas, la capitalisation des régimes de retraite canadiens fait très bonne figure. Par contre, les marchés financiers demeurent volatils en raison de l’incertitude géopolitique, ne sachant pas notamment si le glissement actuel vers le protectionnisme va s’accélérer ou ralentir », confirme F. Hubert Tremblay, conseiller principal du domaine Avoirs chez Mercer.

Publicité
Sur le même sujet …