MENU

Les ventes en assurance au deuxième trimestre selon LIMRA

par Hubert Roy | 27 novembre 2012 11h59

Photo : Freepik

Les hausses de prix successives en assurance vie universelle ont miné ses ventes au Canada lors des six premiers mois de l’année. Les ventes d’assurance maladies graves et d’assurance invalidité s’en tirent mieux.

Dans l’ensemble, les nouvelles primes annualisées d’assurance vie ont progressé de 8 % au premier semestre de 2012 comparé à celui de 2011. Le nombre de polices a pour sa part cru de 4 % durant cette période de comparaison.

Les ventes d’assurance vie universelle ont reculé de 14 % en termes de primes lors des six premiers mois de 2012, et le nombre de police de 13 %. Des résultats principalement liés aux hausses de prix qu’a subi le produit à cout d’assurance nivelé, sensible aux bas taux d’intérêt.

« Les ventes d’assurance vie universelle continuent de ressentir les effets des hausses de prix et de la volatilité des marchés », ont précisé Karen Terry et Rob Kanehl, les deux chercheurs de LIMRA responsables du sondage sur l’assurance vie individuelle du deuxième trimestre 2012. La majorité des fournisseurs ont rapporté un déclin de leurs primes d’assurance vie universelle durant cette période, ajoutent-ils.

Les assureurs continuent en revanche de réaliser d’excellentes ventes en assurance vie entière et en assurance temporaire. Les nouvelles primes de vie entière ont crû de 28 % entre le premier semestre de 2012 et celui de 2011. Le nombre de police a augmenté pour sa part de 8 % durant cette période de comparaison. Pour sa part, l’assurance temporaire a vu ses primes croitre de 10 % et le nombre de ses polices de 11 %, durant cette même période.

Les résultats du deuxième trimestre sont semblables pour ces deux produits. Les nouvelles primes d’assurance vie entière ont progressé de 24 % par rapport au deuxième trimestre de 2011. Les nouvelles primes d’assurance temporaire ont augmenté pour leur part de 10 % durant cette période de comparaison. Les ventes d’assurance vie universelle s’en tire mieux dans cette même période que durant les six premiers mois de l’année. Au deuxième trimestre, ses nouvelles primes ont décliné mais de 8 % seulement, par rapport au deuxième trimestre de 2011.

L’assurance maladies graves y échappe

Les ventes d’assurance maladies graves sont en croissance même si l’impact des bas taux d’intérêt commence à se faire sentir auprès des produits permanents. Tant le nombre de polices que les nouvelles primes d’assurance maladies graves ont cru de 10 % lors des six premiers mois de l’année en cours. Une majorité de fournisseurs ont connu une hausse aux deux chapitres, révèle LIMRA dans son dernier sondage.

LIMRA observe toutefois une légère baisse des ventes au deuxième trimestre de 2012 par rapport au premier trimestre. « Les prochains trimestres pourraient être moins prolifiques avec plusieurs hausse de prix en vue dans l’industrie », signalent les chercheurs de LIMRA, Karen Terry et Rob Kanehl. La pression sur les prix causée par les taux d’intérêt à la baisse s’étend en effet aux produits de maladies graves avec primes garanties à long terme.

Selon les chercheurs, les produits avec primes nivelées durant une période limitée ont malgré tout connu de bonnes ventes même au deuxième trimestre, en partie parce que les conseillers ont voulu devancer les hausses à venir.

Par contre, les ventes de produits permanents s’essoufflent déjà et la tendance ira en s’accentuant. « Les ventes de ce produit continueront fort probablement à ralentir au 3e trimestre alors que les hausses annoncées au deuxième trimestre entreront en vigueur », ajoutent-ils.

Les nouvelles primes du produit à période limitée ont augmenté de 16 % au premier semestre de 2012 par rapport au premier semestre de 2011, pour atteindre 24,2 M$. Le nombre de ses polices a progressé de 12 % durant cette période, pour atteindre 21 549.

Toujours durant cette période de comparaison, les nouvelles primes du produit permanent et le nombre de polices ont tous deux augmenté de 8%, atteignant respectivement 20,4 M$ et 11 326. Dans l’ensemble, les primes du marché ont atteint 54,2 M$ au premier semestre de 2012 pour un en vigueur total de 605,3 M$.

Assurance salaire en verve

L’assurance invalidité semble immunisée contre l’environnement économique. Enregistrant un total de 43,8 M$ de nouvelles primes au premier semestre de 2012, les ventes du produit sont en hausse de 28 % par rapport au premier semestre de 2011. Le nombre de polices vendues a atteint 43 468 durant cette période, en hausse de 26 % en comparaison de la période précédente.

Pour sa part, l’assurance invalidité non résiliable, ce produit de luxe qui assure les professionnels, a donné un bon coup en juin. Durant les six premiers mois de l’année en comparaison des six premiers mois de 2011, ses ventes sont en hausse de 35 % en termes de nouvelles primes. Elles ont atteint 27,5 M$. Durant cette même période, elles sont en hausse de 69 % en termes du nombre de polices, qui a atteint 19 403.
Le produit garanti renouvelable a connu une croissance plus modeste, avec des nouvelles primes de 16,4 M$ pour une croissance de 18 % et 24 065 polices pour une hausse de 4 %, toujours entre les premiers semestres de 2012 et de 2011.

Relance des fonds distincts

À ce jour, les fonds distincts connaissent une année plutôt mièvre, mais le deuxième trimestre montre des signes de reprise.
Aux six premiers mois de l’année, les ventes de ce produit ont diminué de 3 % par rapport à la même période l’an passé. Or, celles-ci ont été en hausse de 2 % au deuxième trimestre par rapport au trimestre équivalent l’an passé. Les ventes du premier semestre ont atteint 4,3 milliards de dollars (G$) et celles du deuxième trimestre 2,0 G$.

Les rentes fixes, qui sont les dépôts à terme et les rentes immédiates, continuent de subir les contrecoups des bas taux d’intérêt. Leurs ventes en termes de primes ont reculé de 23 % à la fois au deuxième trimestre et pour les six premiers mois de l’année, amassant respectivement 1,07 G$ et 466 M$.

Les ventes des produits qui combinent rente fixes et fonds distincts sont également en chute libre, en recul de 19 % pour le premier semestre et de 17 % pour le deuxième trimestre, amassant respectivement 1,4 G$ et 593 M$.

Publicité
Sur le même sujet …