MENU

L’industrie de l’assurance se mobilise pour aider les victimes des inondations

par La rédaction | 11 mai 2017 13h30

Photo : Ville de Montréal

Face à l’ampleur des inondations qui frappent le Québec, c’est l’ensemble de l’industrie de l’assurance qui se mobilise pour apporter son aide aux milliers de victimes.

Ainsi, les assureurs du pays ont annoncé des dons au fonds de secours pour les inondations printanières de la Croix-Rouge canadienne pour un montant total de plus de 325 000 $. Manuvie (25 000 $, ainsi qu’une somme équivalente aux dons de ses employés, jusqu'à concurrence de 10 000 $), Mouvement Desjardins (100 000 $), iA Groupe financier (50 000 $), Financière Sun Life (25 000 $), Promutuel Assurance (50 000 $), La Capitale (25 000 $), La Garantie, compagnie d'assurance de l'Amérique du Nord (10 000 $) ou encore, RSA Canada (50 000 $), font partie des donateurs. Intact Corporation financière, via sa Fondation Inatct, a aussi remise un don de 25 000 $. L'assureur s'engage aussi à verser le montant que ses employés donnent, jusqu'à concurrrence de 500$ chacun.

De leur côté, les banques ne sont pas en reste. BMO Groupe financier, CIBC, la Banque Royale du Canada, la Banque Scotia et le Groupe Banque TD ont ensemble contribué à hauteur de 500 000 $ à la Croix-Rouge canadienne pour venir en aide aux victimes.

Le GUS offre son soutien en matière de décontamination

Le Groupe Urgence Sinistre (GUS), réseau de professionnels de l'après-sinistre, a pour sa part annoncé qu’il apporterait son soutien aux nombreux sinistrés de la province en procédant à la distribution d’un produit antibactérien de qualité professionnelle. Une fois l’eau résorbée, plus de 30 000 $ de Biocide GUS, un désinfectant à large spectre homologué par santé Canada et nécessaire à la décontamination, seront ainsi offert gratuitement aux victimes.

Il faut rappeler que les eaux de crue sont contaminées et représentent un risque potentiel pour la santé. Par conséquent, la décontamination constitue une étape essentielle du nettoyage après sinistre, d’où l’importance d’agir rapidement suite au retrait des eaux.

La FIRAS offre un guide aux sinistrés

De son côté, la Fédération de l’industrie de la restauration après-sinistre (FIRAS) a publié un guide à l’intention des sinistrés de la grande région de Montréal et espère l’acheminer au plus grand nombre de sinistré possible.

Les membres de la fédération, tous spécialistes du nettoyage après sinistre, ont ainsi uni leurs connaissances dans le but de faire part des meilleures pratiques à utiliser afin de réaliser les travaux de nettoyage requis. Le guide est conçu en considérant les étapes à suivre de façon chronologique.

Le BAC répond aux questions

Enfin, le Bureau d’assurance du Canada (BAC) répond aux victimes des inondations qui ont soulevé de nombreuses questions en ce qui a trait aux couvertures d’assurance disponibles pour les sinistrés. Il publie une note dans laquelle il apporte des réponses aux questions les plus courantes.

En raison de la diversité des dommages subis, le BAC conseille par ailleurs aux sinistrés de communiquer avec leur assureur ou leur courtier, dans les plus brefs délais, afin de vérifier l’étendue de leur contrat d’assurance.

 

Publicité
Sur le même sujet …