MENU

L’intérêt envers les fusions et acquisitions persiste en 2018

par La rédaction | 22 mars 2018 09h45

Photo : Freepik

Une foule de facteurs fait en sorte que l’intérêt pour les fusions et acquisitions persiste auprès des assureurs et des réassureurs, selon la firme de notation FitchRatings. Parmi ceux-ci, la firme note les pressions concurrentielles continues, l’effet de la réforme fiscale américaine et les pertes liées aux catastrophes en 2017.

« L’augmentation de l’échelle et de la diversification résultant des fusions pourrait accroitre la résilience des entreprises face aux défis du marché, y compris la concurrence des prix et la faiblesse des rendements des investissements », explique Fitch. Elle ajoute que l’exécution des acquisitions et l’intégration des entreprises peuvent poser un risque sur la rentabilité.

Forte concurrence sur le marché

Fitch dit que la vente de plusieurs petits assureurs et réassureurs qui sont moins diversifiés s’est fait en réponse à une prolongation de la forte concurrence sur le marché qui a inhibé le déploiement profitable de capital. Qui plus est, la réforme fiscale augmente l’attrait envers les États-Unis et pourrait encourager les entreprises à augmenter leur présence au pays et améliorer leur position concurrentielle en utilisant les fusions et acquisitions.

Inversement, la firme note que les occasions pour une meilleure croissance des revenus et une adéquation des taux pourraient réduire l’intérêt des entreprises vendeuses de trouver un partenaire avec qui fusionner. « La hausse et stabilisation anticipée des taux en réponse aux catastrophes de 2017 pourraient engranger une croissance des primes et une amélioration des profits sous-jacents en 2018. Une croissance économique globale mène également vers une augmentation de la demande de couverture », explique Fitch.

Plusieurs avantages

Fitch affirme que les fusions et acquisitions peuvent être avantageuses pour les assureurs et réassureurs en augmentant leur portée, en diversifiant leur profil afin d’offrir une meilleure profitabilité. Toutefois, le risque associé à une telle opération menée par une mauvaise stratégie pourrait contrebalancer ses bénéfices, prévient la firme.

Publicité
Sur le même sujet …