MENU

Loi antipourriel : quoi préparer en vue du 1er juillet

par La rédaction | 29 juin 2017 07h00

Photo : Freepik

La fameuse Loi C28 et ses multiples détails et détours, vous en perdrez votre latin. Après avoir lu et relu sur le sujet, vous vous demandez toujours comment ça s’applique à vous. D’accord vous pourriez avoir une amende, mais vous n’êtes pas Amazon ou Hertz ! Vous ne promettez pas des prix record sur un voyage en Grèce pour les 20 prochaines minutes seulement…

Nous vous avons préparé un résumé de ce que vous devez retenir dans votre pratique :


1.

Vous devez avoir un consentement AVANT d’envoyer un courriel. L’option « je vous abonne automatiquement et vous pourrez vous désabonner si jamais » est un bel essai, mais ne respecte pas la loi. Vous devez avoir obtenu une permission implicite* ou explicite* de contacter la personne par courriel.


2.

Vous devez avoir un mécanisme de désabonnement facile à utiliser et simple à trouver. La majorité des plaintes est en effet au sujet de cas où il est impossible de se désinscrire de la liste d’envoi. Peu de gens seront insultés de recevoir un courriel de votre part. Ils seront outrés par contre si cela fait 5 fois qu’ils indiquent vouloir que ça cesse sans succès.


3.

Elle est aussi en vigueur sur les réseaux sociaux. Elle s’applique à tous les envois de nature commerciale, peu importe le médium électronique. Vous ne pouvez donc pas faire un envoi de masse à tous vos contacts d’affaire sur Facebook. À moins que ceux-ci soient fans de votre page ou aient clairement démontré un intérêt pour votre produit, en cliquant sur une publication ou en visitant votre site par exemple.


4.

On doit pouvoir facilement savoir de qui provient le courriel, avec une signature en évidence. Vos coordonnées et votre adresse doivent s’y retrouver. Terminé les courriels de « Martine » du Centre de Service-Client sans numéro de téléphone ou d’adresse de retour.


5.

La période de grâce est terminée. Si vous n’avez pas réussi à obtenir la permission de continuer à contacter des gens dans votre base de données client ou sur votre liste de contact, même si avant juillet 2017 vous leur envoyez un courriel par semaine. Vous devez cesser. Toutes ces adresses courriel deviendront sans valeur.


Il reste peu de temps pour maximiser vos chances de garder ses contacts. Il existe de nombreuses façons de réussir à obtenir le consentement nécessaire. Nous vous invitions à consulter les professionnels du domaine pour voir toutes les options disponibles.


*Consentement implicite ou explicite ?

Consentement implicite 6 mois : Quelqu’un vous remet sa carte dans une rencontre d’affaires, vous appelle pour de l’information, vous rencontre, mais ne signe pas de contrat avec vous. 

Consentement implicite 24 mois : Vous avez un contrat avec cette personne, elle a cliqué sur un lien vers votre site web, elle a répondu à un sondage de satisfaction sur vos services.

Consentement explicite (sans fin) : La personne s’est abonnée à votre infolettre ou a indiqué vouloir recevoir des envois courriel dans un formulaire.


Fondée en 2012, Hypcom a pour mission d’aider les entrepreneurs à rester près de leurs clients par la mise en place de systèmes tels que des campagnes par courriel, l’animation de médias sociaux ou la gestion publicitaire sur Facebook.

Nous croyons qu’en aidant les entrepreneurs à démontrer leur valeur ajoutée auprès de leurs clients et ainsi décupler le nombre de recommandations obtenues, ils consacreront moins d’énergie à la recherche de nouveaux clients et passeront plus de temps à faire ce qu’ils aiment. Pour plus de détails : hypcom.ca.

– Marie-Eve Ducharme

Publicité
Sur le même sujet …