MENU

L’ouverture de comptes de gestion à honoraires monte en flèche chez PEAK

par Alain Thériault | 09 novembre 2016 13h30

Photo : Freepik

Groupe financier PEAK connait une croissance marquée du nombre d’ouvertures de compte de gestion à honoraires par ses conseillers. Il attribue cette tendance au vent de transparence qui souffle sur la rémunération des cabinets et des représentants en fonds communs, autant au pays qu’à travers le monde.       

Citant les données d’un rapport d’Investor Economics, la directrice du marketing, communications et relations publiques de PEAK, Caroline Combes, a révélé en entrevue au Journal de l’assurance que le nombre de comptes en pratique à honoraires a crû de 55 % durant la période de 12 mois qui s’est terminés le 31 mai 2016. Elle ajoute que cette croissance vers la pratique à honoraires était aussi très marquée selon les résultats d’une étude précédente du même organisme, pour une période de 12 mois se terminant le 31 décembre 2015.

PEAK numéro un des actifs sous gestion à honoraires

Toujours à partir du rapport d’Investors Economics de mai 2016, Mme Combes révèle aussi que PEAK se classe premier en termes d’actifs sous gestion à honoraires, parmi les cabinets de courtage en épargne collective qui ne sont pas rattachés à une institution financière. Elle ajoute que PEAK se classe deuxième en termes de la proportion des actifs totaux que les conseillers détiennent dans leur pratique à honoraires. « Nous récoltions les mêmes classements au 31 décembre 2015 », a précisé Mme Combes.

Tendances des fonds communs axés sur la transparence

Caroline Combes rappelle que PEAK offre depuis plusieurs années le choix vers la pratique à honoraires, en vertu de son programme Prospera. Après des débuts modestes, cette pratique a véritablement pris son envol dans les deux à trois dernières années, a-t-elle confié. « Nous avons beaucoup parlé des tendances en rémunération des fonds communs axés sur la transparence depuis 2012, et expliqué à nos conseillers les différentes options qu’ils avaient pour se préparer », a dit Mme Combes.

 

Publicité
Sur le même sujet …