MENU

Maladies graves : le produit a le vent dans les voiles

par Alain Thériault | 17 août 2012 10h47

Le premier trimestre de 2012 a conforté le succès du produit phare en prestations du vivant.Entre les premiers trimestres de 2011 et 2012, les ventes d’assurance maladies graves ont gagné 11 % plus de nouvelles primes et autant de nouvelles polices. Le premier trimestre de 2012 vient ajouter ses 25 millions de dollars (M$) de primes et ses 25 000 polices à un en-vigueur de 590 M$ de primes et plus de 550 000 polices.

Il y a quelques années, une hausse généralisée des primes avait donné des sueurs froides au marché. Le danger semble écarté. Le produit de maladies graves n’a pas connu de ventes négatives depuis 2007.

C’est le produit à période de paiement limité (payable à 65 ou 75 ans) qui a enregistré la meilleure croissance au premier trimestre de 2012, par rapport au premier trimestre de 2011. Ses nouvelles primes ont atteint 11,2 M$ et le nombre de ses polices, 10 423, en hausse de 13 % dans les deux cas durant la période de comparaison.

Le produit à paiement limité demeure le plus populaire dans le réseau de distribution. Sa part des nouvelles primes du premier trimestre atteint 45 % et celle de ses polices, 41 %. En comparaison, la part des nouvelles primes attribuables au produit permanent pour le premier trimestre atteint 37 % et celle des polices, 21 %.

Enfin, la part des nouvelles primes attribuables au produit temporaire (10 et 20 ans) pour le premier trimestre s’établit à 18 % et celle des polices, à 38 %.

Le réseau indépendant a vendu plus de nouvelles primes d’assurance maladies graves que le réseau captif, s’en arrogeant une part de 60 % au premier trimestre. Cette part a toutefois légèrement reculé par rapport à ce qu’elle était en 2011.

Le réseau captif a en revanche connu une meilleure croissance de ses ventes d’assurance maladies graves au premier trimestre, soit 12 %, contre 10 % pour le réseau indépendant. Coresponsables du rapport de LIMRA sur les ventes de maladies graves, Karen Terry et Rob Kanehl attribuent cette croissance supérieure du réseau captif aux excellents résultats du produit à période limitée.

Au 31 mars 2012, ce produit représentait plus de 43 % des primes en vigueur et des polices de maladies graves au Canada. Le produit permanent arrive deuxième en termes de primes en vigueur avec une part de 34 %, et le temporaire, troisième, avec une part de 23 %. En termes de polices en vigueur, le produit temporaire arrive deuxième, avec une part de 35 %, et le permanent, troisième, avec une part de 22 %.

Publicité
Sur le même sujet …