MENU

Mario Lanouette se lance dans deux batailles

par Vicky Poitras | 26 novembre 2008 17h36

Deux batailles lui tiendront à cœur dans son mandat : celle de la garantie de remplacement et celle du ralliement des courtiers dans un seul regroupement. Mario Lanouette, le nouveau président du Regroupement des cabinets de courtage d’assurances du Québec, promet de s’y consacrer avec passion.M. Lanouette, qui est actionnaire et vice-président Groupe Assurances ELCO, a d’ailleurs accepté la présidence du Regroupement des cabinets de courtage d’assurances du Québec (RCCAQ) parce que le courtage le passionne, dit-il. Il dit même qu’il revient à ses confrères de participer à la défense du métier de courtier d’assurance, un canal qui réussit à distribuer 40 % de l’assurance de dommages au Québec. « Il doit bien y avoir des raisons derrière cela », lance-t-il.

Son mandat, il le consacrera principalement à défendre deux causes : faire reconnaître la garantie de remplacement comme un produit d’assurance, et rallier tous les courtiers derrière un seul et unique regroupement de défense des intérêts des cabinets de courtage.

En entrevue au Journal de l’assurance quelques minutes après sa nomination au Congrès du RCCAQ, et accompagné de Johanne Lamanque, la directrice générale, Mario Lanouette a révélé que le RCCAQ avait déjà rencontré le sous-ministre adjoint aux politiques relatives aux institutions financières Richard Boivin, pour débattre de la question.

« On lui a remis nos lignes directrices et il les a reçues de façon favorable », note Mme Lamanque.

Fort de l’appui d’un vote de l’assemblée générale, M. Lanouette est confiant que le sous-ministre transmettra cette position à Jean St-Gelais, le PDG de l’Autorité des marchés financiers. Le RCCAQ a créé un comité sur la question pour aider la permanence à faire avancer sa bataille.

« La discussion n’est plus sur la définition d’une garantie de remplacement, a tranché Mme Lamanque, mais sur l’application de la loi. Le débat dure depuis 10 ans, et la situation est pire aujourd’hui qu’elle ne l’était à ce moment. »

Il urge d’agir, note M. Lanouette, parce que si un concessionnaire fait faillite, le consommateur se retrouvera dans une zone grise. La solution est simple, dit-il : appliquons la loi. « Aux concessionnaires de se constituer en cabinet et de se doter du personnel certifié soumis aux mêmes règles que les courtiers pour vendre ce produit! »

Autre enjeu: rassembler tous les courtiers derrière le RCCAQ. Mario Lanouette a lancé l’invitation : « On est parlable! » Le RCCAQ représente les intérêts économiques de tous les courtiers, qu’ils soient indépendants ou de « de couleurs », dit-il. « L’AMF n’a jamais dit qu’ils étaient dans une pratique illégale. »

Nouveau conseil

Les membres ont élu le conseil d’administration pour 2008-2009.

Les administrateurs Stéphan Bernatchez, représentant la Montérégie, Daniel Pauzé, pour Montréal, Daniel Turcotte, pour la Côte-Nord.

Au conseil exécutif : Mario Lanouette, comme président,

Louise Mathieu, présidente élue, Jean-François Desmarais, secrétaire-trésorier, Daniel Babineau, directeur, Michel Duciaume, directeur, et Karine Beaudoin, présidente sortante.

Publicité