MENU

Optimum fait croitre ses affaires grâce à sa gestion prudente

par Vicky Poitras | 16 juin 2010 19h09

Groupe Optimum a vu son chiffres d'affaires croitre de 28 % en 2009 par rapport à 2008. L'assureur attribue cette croissance à la gestion prudente de ses placements.Le rendement sur l'avoir des actionnaires s'est élevé à 12,8 %, semblable à la performance moyenne des dix dernières années. Depuis le début des années 2000, la progression du chiffre d'affaires d'Optimum avait été plus modeste, compte tenu de la variation du dollar canadien par rapport aux devises américaine et européennes et d'une diminution volontaire de l'activité dans le secteur de l'assurance de dommages en raison d'un marché moins favorable.
Établi à Montréal, Optimum exerce ses activités au Canada, aux États-Unis et en France dans les secteurs de l'assurance de personnes, de l'assurance de dommages, de la réassurance vie, de l'actuariat-conseil et de la gestion d'actifs. Jean-Claude Pagé, président et chef des opérations du Groupe Optimum, attribue les bons résultats de sa compagnie à la gestion de portefeuilles de sa filiale Optimum Gestion de Placements, ainsi qu'à la rigueur du Groupe dans sa gestion du risque.
Vice-président principal au développement des affaires de la filiale de réassurance vie Optimum Re, André Gaudreault dit connaitre un bon début d'année et prévoit que les volumes de primes réassurées en vie devraient augmenter. Cette augmentation du volume des primes réassurées en vie individuelle et collective devrait atteindre « de 7 à 8 % au total » pour ce qui est du premier trimestre de 2010, prévoit M. Gaudreault. Cette hausse est toutefois très localisée pour l'instant. « Le gros de l'augmentation vient de la Barbade, où nous débutions nos activités à partir de zéro. »
M. Gaudreault a par ailleurs qualifié de modeste l'augmentation du volume des primes d'assurance vie individuelle dans le marché canadien en 2009. La dernière année en a été une de consolidation, dit-il. « C'est un marché relativement stable. La tarification y est compétitive et elle s'ajuste à l'augmentation de l'espérance de vie, soit à de meilleurs taux de mortalité. Ainsi, les prix baissent tranquillement, mais constamment. Nos volumes de primes sont toutefois en croissance dans toutes nos lignes d'affaires », a-t-il ajouté.
Optimum Re a d'ailleurs vu ses revenus totaux croitre de 25,8 % en 2009 par rapport à 2008, pour atteindre près de 175,7 millions de dollars. Le bénéfice net du réassureur est toutefois à la baisse de 5,7 %.
Comme le Groupe Optimum, Optimum Re connaît surtout une croissance organique, en développant ses affaires dans des créneaux de réassurance vie. Le réassureur évite les affaires en placement. « Notre marché est pour l'essentiel de la prise de risque de mortalité (communément appelé CRA). Nous faisons très peu de partage de risque en placement, car nous ne pouvons pas être assez concurrentiels face aux géants qui occupent déjà ce marché », précise M. Gaudreault.
Optimum Re a fait preuve de prudence comme la maison mère. « En matière de gestion des risques, nous avons pris des mesures pour éviter l'impact de la volatilité sur nos résultats de placement. Nous avons fait beaucoup d'appariement. Aussi, nous avons pris des risques bien contrôlés dans nos activités de réassurance, essentiellement en mortalité et invalidité. »

Publicité