MENU

Planification financière: pas d’ordre professionnel

par Vicky Poitras | 29 août 2008 15h48

Les planificateurs financiers du Québec n’auront pas leur ordre professionnel. C’est ce qu’a décidé l’Office des professions du Québec le 23 juin dernier.C’est l’Institut québécois de la planification financière (IQPF) qui avait demandé à l’Office de tenir des consultations à ce sujet.Jocelyne Houle-LeSarge, directrice générale de l’IQPF, a préféré ne pas commenter la décision de l’Office pour le moment.

L’IQPF n’entend pas baisser les bras et a demandé une rencontre avec le ministre de la Justice du Québec, Jacques Dupuis. Toutefois, quatre autres ministères du Gouvernement Charest se sont opposés à la création d’un ordre, dont le ministère des Finances.

Ces ministères ne sont pas les seuls à s’opposer à l’idée selon l’Office. L’Autorité des marchés financiers, la Chambre de la sécurité financière, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières, l’Association des banquiers canadiens, le Conseil interprofessionnel du Québec, le Barreau du Québec et la Chambre des notaires du Québec s’y sont aussi opposés. Trois institutions financières se sont aussi dites contre : le Mouvement des caisses Desjardins, la Banque Nationale du Canada et le Groupe Investors.

L’IQPF a récolté plus d’appuis au niveau des répondants individuels. Sur les 238 commentaires reçus, seuls 17 d’entre eux étaient opposés au projet. Selon l’Office, la plupart des répondants étaient des planificateurs financiers.

L’Office note que ceux-ci n’ont pas étayé leur argumentation. À l’exception de deux d’entre eux, les répondants individuels ont dit leur position en quelques lignes. De plus, le tiers des répondants n’a fait que signifier son appui à la demande de l’IQPF.

Au terme de sa consultation, l’Office en est venu à la conclusion qu’il serait injustifié, voire inopportun, de remettre en question l’encadrement actuel. Il ajoute que la création d’un ordre ne viendrait pas régler les problèmes de la profession, tels que le manque de formation ou l’utilisation de titres trompeurs par certains.

L’Office convient que si ce n’était de l’encadrement actuel, il y aurait lieu de créer un ordre professionnel pour les planificateurs financiers. Toutefois, l’Office note que bon nombre de planificateurs financiers exercent aussi dans d’autres disciplines financières, qui sont moins prétextes à être encadrées par un ordre professionnel. Finalement, l’Office se dit persuadé que les améliorations souhaitées à l’encadrement des planificateurs financiers peuvent se faire dans le cadre actuel.

Publicité