MENU

Royaume-Uni : le faible taux de rétention des agrégateurs réduit leur attrait

par Hubert Roy | 17 mars 2014 15h14

Les agrégateurs ont chamboulé le marché de l’assurance, en seulement quelques années au Royaume-Uni, tant en vie qu’en dommages. Une étude de la firme de recherche Finaccord vient toutefois démontrer que ce mode de distribution présente un grand désavantage : il attire les consommateurs les moins fidèles. Les courtiers et les conseillers financiers ont un meilleur taux de rétention.Comme le principal attrait des agrégateurs est d’offrir le plus bas prix possible pour une couverture, les gens sont encouragés à changer de fournisseur plus souvent. En fin de compte, les assureurs qui attirent ces clients se retrouvent avec de très bas taux de rétention d’une année à l’autre.

Finaccord a interrogé 1 000 Britanniques pour mener son étude portant sur huit couvertures d’assurance différentes. Elle a découvert que les agrégateurs et d’autres sites à rabais drainent plus de 35 % des consommateurs qui changent de couverture fréquemment ou retournent sur le marché pour une première fois. Les courtiers, conseillers et agents s’en accaparent près de 20 % pour leur part. Les agrégateurs n’obtiennent que de 13 % des renouvèlements.

La firme de recherche est allée plus loin en mesurant le taux de rétention des divers réseaux de distribution présents dans le marché anglais. Les banques ont le taux plus élevé, soit 76,8 %. Ce taux augmente si le client détient un compte bancaire ou une carte de crédit auprès de la banque. Les courtiers d’assurance présentent quant à eux un taux de rétention de 70,3 %, tandis que celui des conseillers financiers est de 68,4 %. Pour les agrégateurs, ce taux est de 41,1 %.

« Le modèle de l’agrégateur facilite le changement de fournisseur, année après année. Les assureurs ne voudront peut-être pas dépenser une fortune pour attirer de tels clients. D’un autre côté, les réseaux de distribution présentant un meilleur taux de rétention démontrent plus de valeur pour eux », dit David Parry, consultant chez Finaccord.

Publicité
Sur le même sujet …