MENU

Trois Québécois sur quatre affirment ne pas être en mesure de planifier leur avenir

par Mathieu Carbasse | 17 novembre 2015 09h26

Dans le cadre du Mois de la littératie financière et de la septième Semaine de la planification financière organisée par l'Institut québécois de planification financière (IQPF) et le Financial Planning Standards Council (FPSC), du 15 au 21 novembre 2015, l'IQPF a voulu sonder les connaissances et les perceptions des internautes québécois à l'égard de la profession de planificateur financier et de leur propre situation en matière de planification financière.

Réalisé par SOM auprès de 1 011 adultes québécois, le sondage indique que près des trois quarts des répondants (74 %) considèrent ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier adéquatement leur avenir financier et que 66 % estiment avoir besoin d'aide pour y parvenir.

« Si les chiffres se maintiennent sur le plan des besoins et de la méconnaissance du public quant à la planification de leur avenir financier, la reconnaissance de l'expertise du planificateur financier et des services qu'il offre a connu une hausse significative comparativement à l'an dernier, affirme Jocelyne Houle-LeSarge, PDG de l'IQPF. Cette année, c'est 89 % des Québécois qui savent que le planificateur financier peut les aider en matière de placements alors qu'on était à 84 % l'an dernier. Pour l'aspect "finances", c'est passé de 72 % à 80 % et en fiscalité, de 52 % à 59 %. »

De plus, sur les questions de succession, les chiffres passent de 43 % à 48 %. Dans le cas des assurances, ils augmentent de 38 à 45 % et pour ce qui est des aspects légaux, on constate un bond de 31 % à 45 %.

À la lumière des résultats obtenus lors de ce sondage, l'IQPF a mis sur pied une campagne médiatique à plusieurs volets - publicité télévisée, capsules vidéo et concours - qui se déroule sous le thème « Planifiez votre parcours ». 

Publicité