MENU

Un employé pris à l’étranger peut nuire à la notoriété d’une entreprise

par Hubert Roy | 16 janvier 2013 14h31

La gestion de risques peut s’adresser à des problèmes très pointus, comme que lorsqu’un employé parti en voyage d’affaires reste pris dans sa destination. Le problème peut sembler anodin, met peut mettre en jeu la notoriété de l’entreprise qui l’emploie.
Brigitte Bourget, vice-présidente, leader des pratiques, Est du Canada, de la firme de consultation AON Hewitt, a prononcé une allocution à la mi-novembre devant l’Association des gestionnaires de risques et d’assurance du Québec (AGRAQ-RIMS Québec) sur les bonnes pratiques à avoir en gestion de risques lorsqu’une entreprise déplace des employés à l’étranger. Le Journal de l’assurance s’est entretenu avec elle au lendemain de sa conférence.

« Une entreprise mal équipée peut se retrouver en sérieuses difficultés si jamais un de ses employés se retrouve pris dans un pays lors d’évènements comme le printemps arabe ou le tsunami qui a frappé le Japon. Certaines entreprises ont tendance à croire que leur assurance collective va les prendre en charge, mais ce n’est pas le cas. Un tel cas peut présenter des risques financiers pour l’entreprise compte tenu que l’employé est pris ailleurs dans le monde. Le tout peut sembler anodin, mais cet évènement peut affecter la réputation de l’entreprise et sa notoriété », dit-elle.

Elle ajoute que les assureurs sont de plus en plus sensibles à cette réalité. « Ils s’adaptent à cette réalité. Ils vont proposer des solutions an ce qui a trait aux risques technologiques ou qui ont trait à la réputation, entre autres. »

Publicité