MENU

Une nouvelle garde s’installe chez Optimum Re

par Alain Thériault | 14 février 2013 14h14

Rappelé de Dallas aux États-Unis, Serge Goulet est devenu le nouveau président et chef des opérations d’Optimum Réassurance. D’autres nominations ont eu lieu dans ce qui s’inscrit comme un plan de relève.« Ce plan de relève se met en place graduellement », a affirmé M. Goulet, en entrevue au Journal de l’assurance. Il présidait depuis deux ans la division américaine Optimum Re Insurance Company, en plus d’occuper le poste de vice-président principal, opérations d’Optimum Re. Le nouveau président de la division américaine est Sébastien Blondeau.

M. Goulet se rapporte désormais à Jean-Claude Pagé, qui occupait précédemment le poste de PDG d’Optimum Re. M. Pagé devient vice-président du conseil et chef de la direction du réassureur. Il demeure président et chef des opérations de Groupe Optimum, un groupe également actif en assurance de dommages et en gestion de placements.

« Le groupe a décidé de nommer un président spécifique pour le marché canadien, explique M. Goulet. Nos affaires canadiennes de réassurance ont cru de 10 %, l’an passé. Nous avons atteint une masse critique où nous jugeons important qu’un dirigeant se concentre exclusivement sur les activités canadiennes. Le développement d’affaires et la stratégie du marché canadien font l’objet d’un accent particulier. »
Le plan de relève derrière cette restructuration se veut aussi un mélange d’expertise et d’expérience, ajoute le nouveau PDG. « Mon équipe rapprochée se compose à la fois de professionnels chevronnés et de plus jeunes talents qui ont fait leurs preuves à l’interne », précise M. Goulet.

Figure connue de l’industrie et exemple d’expérience, André Gaudreault demeure vice-président au développement des affaires, mais devient, en quelque sorte, le conseiller spécial de M. Goulet. Des jeunes s’ajoutent à son équipe. Michel Simard prend en charge les deux lignes d’affaires que sont la réassurance collective et la réassurance voyage. Michel Hébert prend en charge la troisième ligne d’affaires, soit la réassurance vie individuelle.

Petit joueur au Canada en comparaison des Munich Re et Swiss Re, Optimum se distingue par sa stratégie de niche. Pionnier en réassurance voyage, la firme québécoise a développé une expertise particulière et accaparé 75 % des parts de ce créneau dans lequel elle s’active depuis 25 ans. La compagnie réassure aussi des risques d’assurance vie individuelle et collective.

Son approche dite personnalisée permet par ailleurs à Optimum Re d’accepter des dossiers dont la taille se trouve en deçà du minimum usuel. « Certains concurrents exigent que la taille du dossier soit supérieure à un demi-million de dollars », fait remarquer le PDG d’Optimum Re. Sa compagnie acceptera, selon le cas, des dossiers d’aussi peu que 25 000 $, a-t-il révélé. Optimum Re offre aussi à ses clients des services de tarification et des conseils au sujet des réclamations.

Publicité