MENU

Une startup de Montréal veut démocratiser l’accès à la télémédecine

par Alain Castonguay | 21 juillet 2017 07h00

Photo : Freepik

Avoir accès à un médecin par l’entremise de son téléphone pour une consultation, en utilisant la caméra au besoin ? La technologie le permet et la société montréalaise Dialogue Technologies offre depuis peu cette plateforme virtuelle aux entreprises.

Cherif Habib, cofondateur et PDG de Dialogue, a de grandes ambitions pour sa firme, qui vise à faciliter l’accès des salariés aux professionnels de la santé. Outre le fait d’avoir fondé les entreprises EMCision et CESIUM, il a aussi travaillé pour McKinsey durant trois ans.

La télémédecine suscite de plus en plus d’intérêt et les divers essais menés dans le monde confirment cet engouement. Le groupe financier chinois Ping An offre la télémédecine aux assurés. À peine lancé, le système a vite dépassé les 100 000 consultations virtuelles par jour.

Grâce à la plateforme de Dialogue, la consultation avec le professionnel peut se faire par l’entremise d’un « chat » ou en vidéoconférence grâce au téléphone ou à l’ordinateur. Le médecin peut acheminer la prescription directement à la pharmacie désignée par l’abonné. Le patient a accès à son dossier sécurisé dans l’application, offerte sur iOS ou Android depuis le 24 octobre 2016.

Quelque 30 entreprises sont déjà clientes de Dialogue. Une vingtaine d’entre elles, comptant 5 000 employés, ont participé financièrement à la conception de la plateforme. M. Habib espère annoncer sous peu des ententes avec des assureurs et des courtiers pour élargir sa clientèle.

Le taux de croissance de l’industrie de la télémédecine est de 49 % par année, a indiqué le PDG de Dialogue, lors de la conférence InsurTech Québec, en avril. Selon M. Habib, les patients, les médecins et les preneurs de régime y trouvent leur compte. De nombreux assureurs de régimes collectifs offrent la télémédecine à même leur couverture d’assurance santé.

Chez Dialogue, comme à l’hôpital, le triage est fait par une infirmière. Les soins paramédicaux offerts sont remboursés par l’assureur du régime collectif, mais les soins infirmiers et médicaux sont payés directement par l’employeur.

La plateforme est déjà offerte aux entreprises du Québec, de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse et de la Colombie-Britannique. M. Habib prévoit que l’implantation sera faite d’ici la fin de l’été en Alberta et dans le reste du Canada d’ici la fin de 2017.

Quelque 40 professionnels de la santé ont déjà conclu une entente avec Dialogue, en médecine générale, dermatologie, pédiatrie, psychiatrie et psychologie, soins infirmiers, etc. « Il faut embaucher les meilleurs, car le service à distance est exigeant », insiste M. Habib.

Publicité
Sur le même sujet …