MENU

UV Mutuelle entend tirer profit de ses grandes réserves de capitaux

par Alain Thériault | 01 février 2018 07h00

Christian Mercier | Photo : Studio K (Élodie Kergal)

Bardé de capital réglementaire après des années de protection contre les bas taux d’intérêt, UV Mutuelle a les moyens de ses ambitions, dit son PDG, Christian Mercier.

Il emploiera ces ressources pour soutenir la croissance qu’entrainera la revitalisation de ses processus et de ses produits. UV Mutuelle a un ratio de solvabilité de 300 %. Cela correspond à trois dollars de capital pour chaque dollar d’obligation envers les assurés. Que faire de tout ce capital, alors que la plupart des concurrents ont un ratio bien inférieur ?

« Face à la pression des bas taux d’intérêt à long terme, la stratégie de l’entreprise a été ces dernières années de laisser passer un peu la situation. Ce que l’on vit présentement est un repositionnement. Oui, l’avantage de notre bonne capitalisation nous permettra de nous réaliser, alors que l’industrie arrive à un carrefour important, ponctué de changements majeurs », répond M. Mercier.

Le grand virage technologique qui vise à changer le système patrimonial est actuellement un des investissements les plus importants. « Nous estimons opportun d’investir pour le futur à ce stade-ci, au même moment où nous voulons relancer les affaires. Nous faisons un virage avant de peser sur le gaz, et réaliser une croissance un peu plus soutenue », dit le PDG.

Si le capital est dédié en premier lieu au virage technologique, il servira aussi à se doter des moyens de faire face à la croissance. « En assurance, lorsque l’on accélère la croissance, on crée un drain (dépenses entrainées par l’établissement d’un nouveau contrat d’assurance). Nous déploierons notre stratégie avec prudence et diligence, mais aussi de façon rentable. »

Bâtir un nouveau siège social

Autre façon dont il déploiera ce capital : bâtir un nouveau siège social à la mutuelle fondée en 1889. Après une série d’embauche, UV Mutuelle croit être arrivé à la limite des capacités du siège social situé au 142, rue Hériot, à Drummondville. « Nous avons de très beaux locaux, mais c’est une petite partie de la bâtisse qui date des années 1930. Elle montre des signes de faiblesse. Nous utiliserons une partie de nos capitaux pour relocaliser le siège social, qui demeurera à Drummondville, parce que notre histoire commence ici et qu’il y a un lien d’attachement très fort. »

D’ici deux ans, il entend élaborer des plans pour une construction neuve, dans la mesure où il parvient à dénicher un terrain dans la ville durant cette période. « Les études d’avant-projet effectuées sur la bâtisse actuelle nous indiquent qu’il sera plus avantageux de faire construire plutôt que de rénover », a expliqué le PDG de l’assureur.

Publicité
Sur le même sujet …