MENU

Véhicules récréatifs : la concurrence s’accroit

par Hubert Roy | 14 février 2013 15h17

Primes à la baisse, assureurs qui épient les gestes de leurs concurrents, modifications plus nombreuses aux manuels de tarification : ces signes ne trompent pas. La concurrence s’accroit dans le marché des véhicules récréatifs au Québec, et les assureurs rivalisent pour accaparer des parts de marché.C’est ce que révèle une analyse que le Journal de l’assurance a menée en croisant diverses statistiques compilées par l’Autorité des marchés financiers. Chaque année, le régulateur publie un rapport sur la tarification en assurance automobile. Il y traite aussi des véhicules récréatifs. Les plus récentes données disponibles sont celles de 2011. L’Autorité relève que les assureurs ont apporté de nombreuses modifications à leurs manuels de tarification et sont venus régulièrement consulter ces catégories de risques à l’Autorité. Ce sont 14 assureurs de motocyclettes, 13 assureurs de motoneiges et 13 assureurs de véhicules tout-terrains qui ont réajusté leur tarification en 2011. Ces assureurs représentent respectivement 76 %, 63 % et 41 % des primes directes souscrites dans ces marchés. De plus, 13 assureurs ont apporté des changements à leurs tarifs en 2011 pour la catégorie des véhicules récréatifs.

Manuels plus consultés

En outre, les manuels de tarification des véhicules récréatifs des assureurs de dommages ont été deux fois plus consultés en 2011 qu’en 2010. Il s’agit là d’un bon signe pour les consommateurs. Bien souvent, plus les manuels de tarification sont consultés, plus les assureurs se montrent combattifs pour obtenir leur confiance, ce qui entraine les primes à la baisse.

Fait notable, les manuels liés aux véhicules récréatifs ont été consultés plus souvent que ceux liés aux véhicules de tourisme. Les manuels liés aux motocyclettes ont été consultés à 102 reprises. Viennent ensuite les motoneiges, avec 87 consultations, les VTT, avec 86 consultations et les cyclomoteurs, avec 71 consultations. Les manuels liés aux véhicules de tourisme n’ont été consultés que 66 fois.

Véhicules souscrits à la hausse

Le nombre de véhicules récréatifs assurés connait aussi une forte hausse depuis dix ans. En 2002, on comptait 127 821 assurées. Ce chiffre a grossi de 63 % et s’établissait à 207 955 en 2011. La motoneige vit le même phénomène. De 130 450 en 2002, le nombre de motoneiges assurées est passé à 181 298 en 2011, une hausse de 55 %. La hausse est aussi notable pour les VTT. Ce sont 100 000 VTT de plus qu’ont couvert les assureurs, de 2002 à 2011. Le nombre de véhicules assurés est passé de 182 108 à 282 075, une hausse de 39 %.

Quant à la prime moyenne, elle est en baisse pour les motocyclettes. En 2011, elle était de 236 $, alors qu’elle était de 288 $ il y a dix ans. Elle a d’ailleurs enregistré une baisse pour une septième année consécutive, en 2011.

Quant aux motoneiges, la prime moyenne a augmenté, passant de 123 $ en 2002 à 145 $ en 2011. Pour les VTT, elle est demeurée à 171 $ pour les deux périodes de comparaison, s’élevant à 187 $ en 2006.

Rabais

Pour ces trois catégories de risque automobile, l’Autorité observe que la majorité des assureurs offrent maintenant le rabais « pluralité de véhicules ». Ce rabais a également fait l’objet d’une légère hausse en 2011.

De plus, plusieurs assureurs offrent maintenant un rabais additionnel lorsque le conducteur principal du véhicule est une femme. Cette tendance est plus marquée pour les motocyclettes et les véhicules tout-terrains, mais elle est également présente pour les motoneiges, relève le régulateur.  Par ailleurs, pour une grande majorité d’assureurs, il n’est plus nécessaire d’assurer le véhicule principal auprès de l’assureur afin de bénéficier d’une protection pour une motocyclette, une motoneige ou un VTT.

Dans l’ensemble, depuis quelques années, les assureurs ont développé une tarification plus raffinée pour ces trois catégories de risque. Maintenant, cette tarification ne varie plus uniquement en fonction du cylindré du véhicule, mais également en fonction de l’âge et de la valeur du véhicule. Elle varie aussi selon le nombre d’années de possession du véhicule par l’assuré, le sexe du conducteur principal et la localisation du risque. De plus, plusieurs avenants et rabais qui n’étaient offerts que pour les voitures de tourisme le sont maintenant pour ces types de véhicules.

Associations

L’Autorité révèle aussi que les assureurs s’associent à différentes fédérations et associations pour avoir un meilleur accès à leurs membres. De plus, leurs publicités sont davantage ciblées sur les rabais et avantages offerts aux membres de ces associations. Plusieurs assureurs optent aussi pour une présence soutenue dans divers salons. Certains ont participé à des campagnes de sensibilisation visant les consommateurs, afin de mousser leurs ventes dans le segment des véhicules récréatifs.

Publicité