MENU

Acquisition de Kronos Technologies par Equisoft : une fusion « naturelle », disent les PDG

FLASHFINANCE | PRIVILÈGE DE VOTRE NIVEAU PRO
par Alain Thériault | 11 avril 2018 13h30

Photo : Freepik

Equisoft a acquis Kronos Technologies le mercredi 11 avril, dans une transaction qui se veut une fusion. Elle comprend un échange d’actions et de liquidités dont les montants n’ont pas été dévoilés.

Dans la foulée de cette fusion-acquisition, François Levasseur demeure PDG de Kronos et Luis Romero PDG d’Equisoft. Les deux partenaires n’entendent pas changer le nom de Kronos à ce jour, ont-ils dit en entrevue avec le Journal de l’assurance. De même, les équipes de chacun restent en place, signalent-ils.

Des valeurs communes

« Au terme de la transaction, nous devenons une seule entreprise. Toute l’équipe de Kronos se joint à la nôtre, mais reste en place à Québec. Equisoft passe de 300 à 360 employés. Nous avons acheté Kronos en partie en argent, et donné pour le reste des actions à François qui devient actionnaire d’Equisoft », explique M. Romero.

François Levasseur ajoute que les deux équipes ont des valeurs communes. « Nous restons indépendants, mais travaillerons beaucoup ensemble, avec un changement de chacun dans ses façons de faire. Notre équipe continue de travailler à Québec. Nous profitons de la proximité avec les assureurs de Québec. »

M. Levasseur a ajouté que la transaction fait suite à des discussions communes. « Ce n’est pas l’un qui a approché l’autre. La fusion s’est faite naturellement parce qu’elle rejoignait nos priorités et aspirations, de part et d’autre. »

Synergies et tremplin mondial

Les deux entreprises étaient déjà en forte croissance et la transaction amènera son lot de synergies, ajoute le président d’Equisoft. François Levasseur renchérit. « C’est tout un bond qu’un système global peut offrir à l’industrie. C’est 1 +1 = 3. Nous réalisons des synergies très importantes en intégrant les outils des deux fournisseurs », dit François Levasseur, qui prône depuis longtemps l’importance d’intégrer les différents systèmes de données électroniques en un seul écosystème. « Avec la transaction, nous gagnons des années de développement stratégique », croit-il.

Luis Romero pense également qu’Equisoft sera un tremplin pour les produits de Kronos, au Canada et à l’extérieur du Canada. Pour sa part, François Levasseur a révélé que l’ouverture internationale a pesé dans la balance, alors qu’Equisoft est présent dans plusieurs pays. « C’était notre intention d’exporter nos produits ailleurs dans le monde », a ajouté M. Levasseur.

Des produits complémentaires

Equisoft offre entre autres aux assureurs le système d’arrière-guichet Oracle Insurance Policy Administration (OIPA), sous licence de la firme américaine Oracle. La Capitale, iVari et UV Mutuelle font partie des assureurs qui ont adopté OIPA. Equisoft offre également des solutions de proposition électronique et d’illustration de police. De son côté, Kronos est réputé des conseillers pour ses applications Web et mobiles de gestion client Kronos Finance, et d’analyse de besoins financiers Kronos ABF.

« Nos produits sont complémentaires et nous avions déjà plusieurs clients communs, dit M. Romero. La fusion nous aidera à livrer nos projets plus rapidement, et nous pourrons étendre nos activités à Québec, qui est un pôle financier où gravitent beaucoup de connaissances. Cela nous aidera à croitre plus rapidement. Nous avions une croissance plus grande hors Québec, et Kronos y a déjà une présence multilingue. »

Solution bout-en-bout

Les deux partenaires disent maintenant pouvoir offrir une solution bout-en-bout pour transférer les données électroniques du conseiller jusqu’à l’assureur. Les applications Kronos Finance et Kronos ABF intégré se connecteront éventuellement à l’outil d’illustration pour que le conseiller puisse démarrer ce dernier avec les données du client, pour éventuellement conclure une vente, explique le PDG d’Equisoft. Un portail et un outil de planification avancée permettent de servir le client directement, lequel pourra aussi capturer sa propre information.

« Nous pourrons aller du système de gestion client jusqu’à l’assureur, avec un seul fournisseur, souligne M. Romero. Ce ne sont pas tous les assureurs qui ont un système global. Il leur est possible d’intégrer différents fournisseurs, mais il y a un cout. L’intégration est difficile et tu dois maintenir des points de jonction entre les systèmes. Notre offre sera intéressante pour ces assureurs. »

Les passerelles demeurent

Les ententes qui existent entre le nouvel Equisoft et les logiciels d’arrière-guichet des agents généraux offerts entre autres par Solutions Ageman et Bluesun demeureront en place. « Equisoft avait aussi des ententes avec eux, par exemple avec Bluesun. Groupe financier Horizons (récemment acquis par Great-West) est un client commun. Nous avons aussi des ententes avec Winfund et Univeris. » Luis Romero dit qu’il aura même davantage à leur offrir. Il rappelle que plusieurs clients citent Kronos Finance comme le logiciel que leurs conseillers utilisent.

Les passerelles demeurent, renchérit François Levasseur. « Nous ne changeons pas notre offre de service. Nous allons plutôt la bonifier, et continuer d’y investir massivement. Par exemple, nos clients demandent beaucoup de fonctionnalités sur l’analyse assistée des actifs, ce qu’offre Equisoft. »

Tendance à la consolidation

Equisoft croit que son offre sera particulièrement intéressante pour les assureurs dotés d’une force de vente captive. « La tendance est à la consolidation et les assureurs achètent des distributeurs, rappelle M. Romero. Il est attrayant pour eux de pouvoir intégrer des outils plus efficacement pour les conseillers. C’est différent s’ils passent par un réseau de distribution indépendant, et que le conseiller vend les produits de différents assureurs. »

Il estime qu’il y a un gain évident de transmettre les données du client recueillies par le conseiller directement au système d’arrière-guichet de l’assureur. Or, si le système de l’agent général est dans le pipeline, le processus demeure tout aussi efficace pour le conseiller, ajoute M. Romero.

Outre les assureurs qui achètent des distributeurs, les conseillers se regroupent aussi, note François Levasseur. « C’est un peu la même tendance du côté des fournisseurs de logiciels, car le nerf de la guerre, c’est l’intégration. Chacun des participants de la chaine y trouvera son compte, par des gains de productivité énormes pour l’industrie en général, et une réduction du cout d’information », croit le PDG de Kronos.

Publicité
Sur le même sujet …