MENU

B2B Trust acquiert Fiducie AGF et deviendra B2B Banque

par Vicky Poitras | 20 juin 2012 15h02

B2B Trust mettra la main sur Fiducie AGF. Elle renforce ainsi son noyau dur : les prêts et les dépôts. Autre changement, en juillet : B2B Trust changera de nom pour devenir B2B Banque.La filiale de la Banque Laurentienne a avalé la fiducie d’AGF Management Fiducie AGF dans une transaction au comptant de plus de 415 millions de dollars (M$). En détail, B2B Trust acquiert toutes les actions de Fiducie AGF pour 242 M$. Elle repaie à AGF Management une dette subordonnée et les actions privilégiées qu’elle détient dans la fiducie. Le tout pour plus de 173 M$.

« De 23 000 conseillers, nous nous attendons à passer à 27 000 au terme de l’intégration, que nous prévoyons conclure à la fin de 2013 », a révélé en entrevue au Journal de l’assurance le PDG de B2B Trust, François Desjardins. Le nombre de clients passe pour sa part de 600 000 à 750 000.

B2B Trust acquiert aussi deux nouveautés : un produit hypothécaire non-standard et un programme de référencement hypothécaire. Ce programme permet aux conseillers qui n’ont pas le permis requis de référer des clients directement au courtier hypothécaire ou à l’institution prêteuse.

Acquérir à prix raisonnable lui semble donc le meilleur moyen de poursuivre sa croissance, malgré la pression des taux d’intérêts. Pas question d’acquérir simplement pour acheter du marché, dit-il.

Or, la croissance par acquisition a pris le pas sur la croissance organique. M. Desjardins veut prendre le temps de bien digérer le tout. L’intégration de Fiducie M.R.S., acquise de la Financière Mackenzie l’automne dernier, devrait se conclure au plus tard en novembre. « Nous prendrons ensuite une pause pour la période des REER avant de reprendre l’intégration de Fiducie AGF ».

M. Desjardins tirera parti de la synergie entre les deux organisations en éliminant la redondance dans les systèmes. Il n’entend toutefois licencier personne. « Nous croyons être en mesure de réaliser des économies par l’attrition naturelle (départs volontaires) et la croissance organique », dit-il.

Pour alléger le fardeau de la bureaucratie, B2B Trust deviendra B2B Banque le 7 juillet. À la même date, B2B Banque lancera une toute première hypothèque à son nom.

Le changement de nom Trust vers Banque était devenu nécessaire, dit M. Desjardins. À l’origine, les activités de B2B s’axaient surtout autour de la gestion de compte, une activité fiduciaire régie à l’échelon provincial. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Au fil des ans, B2B Trust a bâti des activités bancaires, mais demeurait régi au niveau provincial. Faire affaire à l’échelle canadienne avec un statut provincial complexifiait les procédures règlementaires. « C’est pourquoi nous avons décidé de transférer nos activités vers une banque. La banque est régie au niveau fédéral, donc par une seule instance », dit M. Desjardins.

Après le changement de nom, les compagnies actuellement détenues par B2B Trust seront regroupées sous la bannière B2B Banque, dit M. Desjardins. Ce regroupement comprendra B2B Trust, devenue banque, une fiducie responsable des comptes REER autogérés (M.R.S.) et trois courtiers qui offriront de la gestion de compte.

« Ces courtiers opèrent actuellement sous la bannière M.R.S., mais passerons probablement sous la bannière B2B Banque dès septembre », dit M. Desjardins.

Quant au nouveau prêt hypothécaire, il sera commercialisé sous le nom Hypothèque B2B Banque. Il sera offert partout au Canada, sauf au Québec, où sa distribution relèvera du réseau de succursales de la Banque Laurentienne.

Les affaires de prêts hypothécaires de B2B Trust avaient atteint un seuil où il devenait difficile de tenir la marque de la Banque Laurentienne, dit M. Desjardins. Il y avait entre autres dédoublement des dépenses de paperasse et de publicité.

« Du début de nos activités en 2000, jusqu’en 2007, nous n’offrions pas de prêt hypothécaire. À partir de 2007, nous avons pris en charge le courtage hypothécaire de la Banque Laurentienne. Depuis, notre portefeuille de prêts hypothécaires a à peu près triplé », relate M. Desjardins.

Publicité
Sur le même sujet …