MENU

Changement de cap à l’IQPF: L’Institut troque sa cotisation pour un passeport de formation

par Alain Thériault | 18 avril 2010 19h11

Pour augmenter le nombre de planificateurs membres dans ses rangs, l'Institut québécois de planification financière (IQPF) a donné un sérieux coup de barre le 1er avril : tous les titulaires du titre sont devenus membres «affiliés» par défaut et plus personne ne paiera de cotisations. L'IQPF entend combler le manque à gagner en incitant les planificateurs à se procurer un passeport de formation continue.L'IQPF tente depuis longtemps d'augmenter le nombre de ses membres parmi les planificateurs financiers québécois qui détiennent son titre de planificateur financier (Pl. Fin.). Selon la loi, être membre de l'IQPF n'est pas une condition obligatoire pour pouvoir porter le titre de planificateur financier.

Le titre est décerné par l'IQPF tandis les planificateurs eux-mêmes sont encadrés par la Chambre de la sécurité financière en matière de déontologie, ou par leur ordre professionnel dans le cas des comptables agréés (CA), des comptables généraux accrédités (CGA), des notaires et des administrateurs agréés (Adm. A.).

Le permis d'exercice est renouvelé par l'Autorité des marchés financiers lorsque les planificateurs remplissent les exigences de formation continue. L'Autorité délègue la gestion courante de son programme de formation continue des planificateurs à l'IQPF.

Des institutions financières affirment avoir les ressources suffisantes pour que leurs planificateurs puissent se passer des services de l'Institut. Ainsi, payer une cotisation à l'IQPF pour en être membre servait plutôt à obtenir certains avantages comme des rabais de cours et un abonnement gratuit au magazine de l'IQPF, La Cible, entre autres.

Pour se voir décerner le titre de Pl. Fin., le planificateur financier doit avoir complété un programme de formation universitaire en planification financière personnelle approuvé par l'IQPF, le Cours de formation professionnelle (CFP) de l'IQPF et avoir réussi l'examen de l'IQPF. Ainsi, si l'institut est responsable d'accréditer la formation qui mène au titre et de le décerner, elle n'a pu rallier à son membership qu'un peu plus de 50% des 4 767 planificateurs financiers diplômés qui détenaient leur permis de pratique auprès de l'Autorité. Cela faisait 2550 membres au 31 mars 2010.

Avec son changement de cap dès le début de son année financière le 1er avril, l'IQPF se retrouve avec quelque 5000 membres qui ne lui paient pas un sou. Elle entend financer ce manque à gagner et le surcroît d'activités de formation qu'entraîne cet afflux de nouveau membres en vendant à ceux qui le veulent un passeport de formation de 1 200$ payable en un, trois, six ou 12 versements. Les droits doivent être totalement acquittés au plus tard le 30 septembre 2011.

Valide pour deux ans, ce passeport donnera à son détenteur un accès à 40 unités de formation continue (UFC). Juste le nombre qu'il faut à un Pl. Fin. pour renouveler son permis auprès de l'Autorité, au terme du présent cycle de formation continue qui a commencé le 1er décembre 2009 et prend fin le 30 novembre 2011.

Le passeport donne aussi un accès libre à la base de données la Solution IQPF et à son magazine La Cible.

Avant le 1er avril, la cotisation était fixée à 335$ pour chacun des 2550 membres de l'IQPF. Un revenu de 850 000$ sur un budget total de 4M$. Pour financer le manque à gagner, l'institut de formation devra vendre au moins 700 passeports. Mais il faudra en vendre beaucoup plus pour soutenir l'offre de cours, a déclaré la présidente directrice générale de l'IQPF, Jocelyne Houle-Lesarge. Heureusement, dit-elle, le passeport jouit d'un attrait indéniable : « Les gens nous disent qu'il leur en coûte 1 000$ par an pour maintenir leur permis. Le passeport leur en coûtera 600$ par an », soutient Mme Houle-Lesarge.

La formation continue se compose de trois niveaux. C'est l'IQPF qui accrédite les cours et ceux du premier niveau lui sont exclusifs. Les cours du deuxième et troisième niveau peuvent être dispensés par d'autres fournisseurs. Ils touchent divers domaines de la planification financière ainsi que la conformité aux normes, l'éthique et la pratique professionnelle.

Dorénavant, le passeport « achète » 25 unités de formation continue, dont les 15 UFC du niveau 1 grâce à l'accès au colloque de l'IQPF.

« Nous nous concentrerons sur le noyau de nos activités de formation : les cours de niveau 1. Le développement des cours de niveau 2 nous coûtait cher et nous n'étions pas compétitifs devant le grand nombre de fournisseurs dans ce secteur, tels les assureurs et les compagnies de fonds communs », explique Mme Houle-Lesarge.

Les banques peu entichées

Sans ce virage, étendre son membership aurait été à peu près impossible pour l'IQPF. La Banque Royale (RBC) dit employer environ 250 planificateurs financiers au Québec. Peu étaient membres de l'IQPF. « C'est une question de coût et d'avantages. Nous dispensons beaucoup de formation à l'interne et nos planificateurs disposent d'une base de données à l'interne », a justifié Christine Perras, conseillère régionale en planification financière pour le Québec à RBC.

Même chose à la Banque Nationale du Canada (BNC), qui n'insiste pas pour que ses 280 planificateurs financiers soient membres de l'IQPF. « Nous avons pris la décision d'affaires de les encadrer nous-mêmes », a expliqué Philippe Bouchard, directeur principal, solutions de placement à la BNC.

Seule exception chez les institutions de dépôt : les planificateurs financiers du Mouvement Desjardins formaient près de 45% de l'ancien membership de l'IQPF, avec 1135 personnes. « Nous étions très favorables à ce que nos planificateurs financiers soient membres de l'IQPF même si cette adhésion n'est pas nécessaire au maintien du permis », a révélé Pierre Giroux. Planificateur financier à la Fédération des caisses Desjardins du Québec et membre du conseil de l'IQPF, M. Giroux a expliqué que les rabais de coûts à la formation et à d'autres activités suffisaient à financer la cotisation.

Publicité