MENU

COVID-19 : une grande banque canadienne déclare une perte nette en assurance

par Aurélia Morvan | 27 mai 2020 15h37

« Les conséquences économiques et sociales de la pandémie de COVID-19 ont été immédiates et perturbatrices », a affirmé Darryl White, chef de la direction, BMO Groupe financier. Présent en assurance de personnes, le groupe vient de déclarer ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de 2020, qui s’est étalé du 1er février au 31 avril 2020.

Il déclare ains un bénéfice net de 689 millions de dollars (M$). Ce résultat est en baisse de 54 % par rapport au bénéfice net de 1,5 milliard de dollars (G$) déclaré au deuxième trimestre de 2019. Cela est « en grande partie » due à la hausse des dotations à la provision pour pertes sur créances, lesquelles ont augmenté de 693 M$ après impôt, dit le groupe.

Trois secteurs gardent la tête hors de l’eau

Dans le détail, l’on note que le groupe déclare un bénéfice net pour trois de ses cinq groupes d’exploitation. Le secteur Services bancaires Particuliers et entreprises au Canada enregistre un bénéfice net de 361 M$, en baisse de 41,4 %. Le secteur Services bancaires Particuliers et entreprises aux États-Unis enregistre un bénéfice net de 339 M$, en baisse de 16,5 %.

Enfin, le secteur BMO Gestion de patrimoine enregistre un bénéfice net de 144 M$, en baisse de 52,8 %. Toutefois, ce secteur est composé de deux sous-secteurs, dont l’un accuse une perte : celui de l’assurance.

Perte en assurance

Pour ses seules activités d’assurance, BMO déclare ainsi une perte nette de 16 M$, tandis qu’il déclarait un bénéfice net de 79 M$ au deuxième trimestre de 2019. Il s’agit d’une chute de 120,2 %, ou 95 M$ « qui s’explique essentiellement par l’effet défavorable des variations des marchés au cours du trimestre considéré, alors que l’an dernier, les variations des marchés avaient eu un effet favorable », dit BMO.

Pour ses seules activités de gestion de patrimoine, BMO déclare un bénéfice net de 160 M$, contre 226 M$ au deuxième trimestre de 2019. Il s’agit d’une baisse de 29,2 %.

Baisse des revenus d’assurance

Déduction faite des sinistres, commissions et variations des passifs au titre des indemnités (SCVPI), les revenus nets de BMO Gestion du patrimoine, deux sous-secteurs confondus, se sont établis à 1,09 G$, contre 1,28 G$ au deuxième trimestre de 2019. lls ont baissé de 194 M$, « du fait surtout du recul des revenus d’assurance », dit BMO.

En effet, les revenus d’assurance ont diminué de 123 M$, passant de 136 M$ au deuxième trimestre de 2019 à 13 M$ au deuxième trimestre de 2020.

Les revenus tirés des activités traditionnelles de gestion de patrimoine ont quant à eux diminué de 71 M$, passant de 1,14 G$ au deuxième trimestre de 2019 à 1,07 M$ au deuxième trimestre de 2020.

Deux groupes d’exploitation dans le rouge

Si trois groupes d’exploitation de BMO sont restés dans le vert au deuxième trimestre de 2020, deux autres n’ont pas connu le même sort.

BMO Marchés des capitaux déclare ainsi une perte nette de 74 M$, contre un bénéfice net de 250 M$ au deuxième trimestre de 2019.

Pour son secteur Services des entreprises, BMO déclare une perte nette de 81 M$, contre une perte nette de 80 M$ au deuxième trimestre de 2019.

BMO fait partie des nombreuses compagnies offrant de l’assurance de personnes ayant mis en place des mesures pour atténuer les effets de la pandémie de la COVID-19.

Publicité
Sur le même sujet …
BMO