MENU

DSF s’attaque au marché canadien des caisses de retraite de petite et moyenne tailles

par Vicky Poitras | 31 octobre 2007 14h41

Desjardins sécurité financière (DSF) s’attaque de front au marché canadien des petites et des moyennes caisses de retraites dont les actifs sous gestion atteignent entre 10 et 30 M$. DSF a donné un premier assaut avec le lancement de son programme multigestion d’investissement Optigestion, en septembre dernier.Le marché canadien des caisses de retraite de la taille visée représente au moins un milliard de dollars en produits et services vendus, annuellement. pour l’industrie canadienne d’assurance de personnes.

C’est ce qu’affirme Éric Filion, directeur principal du développement et de la mise en marché en épargne collective chez DSF, en reprenant à son compte des données colligées par LIMRA.

« Nous voulons nous tailler une place importante dans ce marché», affirme-t-il, sans toutefois préciser la part convoitée.

DSF entend promouvoir son nouveau programme auprès des consultants en avantages sociaux et les conseillers en épargne collective, actifs partout au Canada.

« L’idée est d’offrir à ces caisses de retraite des options d’investissement qui étaient seulement accessibles aux caisses de plus grandes tailles, qui gèrent plusieurs milliards d’actifs ». explique M. Filion.

Diversification

Pour ce faire, le programme d’Optigestion de DSF rend accessible trois fonds de placement en gestion alternative. Il s’agit des Fonds de stratégies alternatives et marchés émergents gérés par Desjardins Gestion d’actifs, de même que le Fonds d’immobilier mondial géré par CBRE Investors.Le Fonds de stratégies alternatives, géré par Desjardins Gestion d’actifs vise à répliquer les stratégies de diversification utilisées par les fonds de couverture traditionnels, qui ont pourtant été frappés de plein fouet par la crise de liquidités qui a secoué les marchés boursiers. au mois d’août dernier.

Cette crise a été provoquée en grande partie par les défauts de paiements des prêts hypothécaires à risque, aux États-Unis, ainsi que par les problèmes rencontrés dans le marché du papier commercial adossé à des actifs non-bancaires.

M. Filion fait toutefois valoir que les trois fonds qui composent ces fonds ont somme toute connu une bonne performance, en dépit de la conjoncture économique défavorable aux marchés boursiers.

Bien que le Fonds des marchés émergents, le Fonds d’immobilier mondial et le Fonds de stratégies alternatives aient généré des rendements de -3,57%, 2,07% et de 0,40%, respectivement, en août dernier, leur performance a été meilleure au cours de la dernière année, fait valoir M. Filion.

Entre le 31 août 2006 et le 31 août 2007, leur rendement a été de 40,20% pour le Fonds des marchés émergents, de 12,71% pour le Fonds d’immobilier mondial et de 11,11% pour le Fonds de stratégies alternatives.

Optimisation

« Au delà de la crise de liquidités, qui frappe le marché à ce moment-ci, un principe demeure. Celui de la diversification des actifs pour une meilleure optimisation des rendements. Ce principe était vrai avant la crise. Ce principe est encore vrai aujourd’hui », dit-il.

Publicité
Sur le même sujet …