MENU

Hausse prévue de 2,2 % des salaires en assurance

par Hubert Roy | 29 septembre 2020 16h14

Selon Morneau Shepell, la hausse des salaires dans l’industrie de l’assurance et de la finance sera de 2,2 %, tant en 2020 qu’en 2021.

Si on exclut les gels de salaires, ces hausses seront de 2,7 % en 2020 et de 2,5 % en 2021. La firme-conseil a dévoilé ces chiffres lors de la publication de sa 38e enquête annuelle sur les prévisions salariales.

Les perspectives de l’industrie de l’assurance et de la finance sont meilleures que celle de l’économie canadienne en général. Morneau Shepell révèle que pour la première fois depuis la crise financière de 2008, l’augmentation moyenne prévue des salaires de base à l’échelle nationale sera inférieure à 2 %. La hausse tombe à 1,6 % si on inclut les gels de salaires.

De plus, 36 % des organisations canadiennes ont gelé les salaires de leurs employés en 2020. Avant la pandémie de COVID-19, cette prévision était de 2 %. Comment la firme-conseil a-t-elle compilé ses données? Ils sont tirés des résultats d’une analyse des réponses obtenues en juillet et aout 2020 auprès de 889 organisations au Canada. Parmi les entreprises en assurance qui y ont participé, on retrouve : Admiral Insurance Services, BMO, Canadian Premier Life Insurance, CapriCMW Insurance, Chubb Canada, Assurances Economical, Equitable Life of Canada, Erb and Erb Insurance Brokers, Green Shield Canada, le Groupement des assureurs automobiles, iA Groupe financier, IG Getion du patrimoine, Intact Corporation financière, La Capitale assurance et services financiers, Lackner McLennan Insurance, Laguë Vary Verreault et Associés, la Mutuelle des fabriques de Québec, Lloyd Sadd Insurance Brokers, Croix Bleue Medavie, le Mouvement Desjardins, Ontario Mutual Insurance Association, Optimum Groupe financier, Promutuel Assurance, RSA Canada, la Banque TD, Wawanesa et Zurich Canada.

Autre étude

De son côté, Mercer Canada affirme que la plupart des organisations canadiennes n’ont toujours pas établi leur budget d’ajustement salarial pour 2021, au contraire des années précédentes. Pourquoi ? Parce qu’elles sont aux prises avec un niveau d’incertitude sans précédent, indique Mercer.

Dans son Enquête sur la planification de la rémunération au Canada, Mercer y souligne que 89 % des entreprises répondantes à son enquête n’ont pas établi leur budget d’ajustement salarial pour 2021. Aussi, 56 % d’entre elles n’ont pas entamé le processus.

Publicité
Sur le même sujet …