MENU

Investissements Excel et la division de fonds communs du Groupe CMA fusionnent

par Alain Thériault | 19 février 2013 10h24

Investissements Excel et la division de fonds communs du Groupe CMA ont fusionné de telle sorte que les dirigeants de la filiale de Force financière Excel – Horizons Québec et le président du Groupe CMA, seront actionnaires à parts égales d’une nouvelle entité dotée d’un actif sous gestion de 1,6 milliard de dollars (G$) et 400 représentants en épargne collective.

Le nouveau nom de l’entité fusionnée sera connu dans les prochains mois et celle-ci ne prévoit pas couper de postes. L’actuel directeur d’Investissements Excel, Normand Morin demeurera à ce poste au sein de la nouvelle entité dont le siège social sera à Sherbrooke. « Nous voulons croître et aller chercher des parts de marché additionnelles. C’est plus de création d’emplois que de pertes d’emplois dont nous parlerons », dit le PDG d’Excel, James McMahon.

M. McMahon et Normand Caty, PDG de CMA, soutiennent que la transaction place le nouveau courtier en fonds communs deuxième en termes de parts de marché au Québec, derrière le Groupe financier PEAK. Ils n’ont pas révélé le montant de la transaction. Avant la transaction, Excel comptait 1 milliard de dollars (G$) d’actifs en fonds communs et environ 260 représentants en épargne collective. Quant à CMA, il possédait des actifs de 600 millions de dollars (M$) et traitait avec 140 représentants.

M. Caty se questionnait depuis déjà un moment sur l’avenir de ce qui était devenu chez CMA une succursale de fonds communs depuis 2008. Promutuel Capital avait alors pris en charge la gestion du volume de fonds communs de CMA. PEAK a acquis ces activités de Promutuel en 2009.

Le PDG de CMA cherchait depuis quelques mois à obtenir un rapport plus « accommodant » avec PEAK, mais discutait aussi avec Excel. Il prenait alors en compte que le courtier de fonds Investissements Excel était restée à l’écart de la fusion de Force financière Excel avec Groupe Financier Horizons.

Pour sa part, M. McMahon, qui connait son vis-à-vis depuis plusieurs années, a su viser juste dans les discussions. « Un point important est que Normand voulait être actionnaire dans un cabinet d’épargne collective. » M. Caty a confirmé ce détail. « Je ne peux pas dire que PEAK ne m’offrait pas de devenir actionnaire, mais il y a eu des discussions entre moi et Excel et l’offre d’Excel s’est révélée beaucoup plus avantageuse », a-t-il ajouté.

Les coactionnaires entendent tout mettre en œuvre pour attirer les représentants et les inciter à performer. « Nous mettrons sur pied une fiducie de conseillers. Ils auront droit de participer à un actionnariat au sein d’Investissements Excel selon des critères de volume. Les détails seront communiqués dans les prochaines semaines », dit M. McMahon.

Pour M. Caty, accroitre sa présence en fonds communs est une stratégie gagnante, car les représentants avec double permis (assurance et fonds) tendent de façon marquée à vendre plus de fonds communs. Une tendance qui n’est pas étrangère à la disparition progressive des fonds à garantie de retrait de 5 % à 65 ans, a-t-il dit en entrevue à FlashFinance.ca. « Avant l’avènement des garanties de retrait à vie, les affaires des représentants à double permis entraient dans une proportion de 60 % en fonds communs et 40 % en fonds distincts. Ensuite et surtout depuis la crise de 2008, la proportion s’était inversée. Leurs affaires reviennent maintenant à l’ancien équilibre », a-t-il ajouté.

La fusion permet aussi à CMA de profiter d’une catégorie d’inscription d’Investissements Excel auprès de l’Autorité des marchés financiers pour distribuer des produits haut de gamme dispensés de l’émission d’un prospectus.

Le volume acquis et la facilité d’intégration des deux équipes permettra une synergie de nature à absorber les couts croissants de conformité, a dit en entrevue à FlashFinance.ca M. McMahon. Par exemple, les deux entreprises utilisaient déjà le système d’arrière guichet Winfund, ce qui facilite le transfert des données, dit-il. « Nous étions rentable à 1 G$ de volume, nous le serons d’autant plus à 1,6 G$. »

Investissements Excel se dit par ailleurs « très avancé » dans son processus d’adhésion à l’Association canadienne des courtiers de fonds mutuels (MFDA). Elle devrait aussi obtenir son permis d’exercer en Ontario en épargne collective ce printemps.

Les représentants devront choisir

Les représentants en épargne collective de l’ancienne division de fonds communs du Groupe CMA sont à l’heure des choix : transférer leur portefeuille vers Investissement Excel ou demeurer avec Services de placements PEAK. Les deux concurrents divergent d’opinion sur le compte final.

Fin janvier, Groupe CMA fusionne sa succursale de fonds communs dans Investissements Excel. PDG du Groupe financier PEAK, Robert Frances a voulu remettre les pendules à l’heure après avoir lu dans les médias que 600 M$ d’actif et 140 conseillers s’apprêtaient à transiter vers Investissements Excel.

C’est loin d’être chose faite, a-t-il fait savoir.  « L’entente de commissions que nous avions avec CMA se terminait le 31 décembre. Elle n’a pas été renouvelée. À cette date, CMA recevait des sous-commissions de PEAK sur la base de 500 M$ d’actifs. Les ententes avec les représentants sont quant à elles individuelles. Elles sont encore en vigueur », dit-il.

Pour le moment, aucun représentant n’a manifesté le désir de partir, ajoute M. Frances. Le président de PEAK reconnait toutefois qu’il ne pourra garder tout le monde. En épargne collective, le représentant est rattaché à son courtier, qui détient la clientèle. S’il change de courtier, le représentant doit en aviser chaque client et remplir diverses formalités. Dans ses ententes individuelles avec les représentants, PEAK prévoit un délai de 30 à 90 jours pour les demandes de transferts.

Pour sa part, le président directeur-général de Force financière Excel\Horizons Québec, James McMahon, prévoit attirer entre 80 % et 85 % des représentants. Il appuie cette estimation sur l’expérience accumulée lors d’une douzaine de transactions similaires.

M. McMahon croit que la décision d’offrir aux représentants la possibilité de participer aux profits de l’entreprise jouera dans la balance. « Cette fiducie de producteurs s’adressera aux représentants qui détiennent un volume important et nous en ferons bientôt connaitre les détails », a-t-il dit.

Si aucun transfert n’est encore survenu, M. Caty l’attribue pour sa part à la saison des REER, « période critique pour les affaires de nos représentants ». Il s’attend donc à ce que les transferts commencent en mars. Il croit que les habitudes des représentants joueront en sa faveur. « Nous escomptons que la majorité des représentants suivront, ajoute-t-il. Plusieurs d’entre eux possèdent deux permis et transigent déjà leurs affaires d’assurance de personnes avec nous depuis plusieurs années. »

 

 

Publicité
Sur le même sujet …