MENU

La Financière Manuvie frôle les 4 milliards$ de bénéfices

par Vicky Poitras | 03 juin 2007 17h56

Il n’y a pas que les banques qui produisent des bénéfices d’exception. Pour une treizième année consécutive, la Financière Manuvie a enregistré un bénéfice net record. En 2006, celui-ci s’est établi à 3,985 milliards (G)$ comparativement à 3,294 G$ en 2005.Le rendement de l’avoir des actionnaires a atteint 16,8% en 2006 comparativement à 14,1% en 2005.

La Financière Manuvie explique cette année 2006 enviable par des résultats de placements favorables, la vigueur des marchés boursiers et certains avantages fiscaux. Ces facteurs expliquent, selon Manuvie, une hausse de 25 % des nouvelles ventes, tous secteurs confondus. Le quatrième trimestre a été particulièrement favorable à Manuvie. Pour la première fois, l’assureur a franchi le milliard de dollars de bénéfices nets en un seul trimestre.

L’actif sous gestion a également grimpé à un niveau record pour atteindre 414 G$, en hausse de 11 % par rapport à 2005.

Le poids international de la Financière Manuvie ne fait également plus de doute. Le bénéfice net issu des activités canadiennes n’a représenté que seulement 25 % de son bénéfice net total de 2006 tout comme en 2005. Ainsi, la division canadienne a réalisé un bénéfice net de 918 M$ en 2006 comparativement à 809 M$ en 2005.

À titre de comparaison, les activités américaines d’assurance et de patrimoine ont représenté 44 % du bénéfice net total de Manuvie en 2006, un poids identique à 2005. Par ailleurs, cette division a augmenté son bénéfice net de 19 % en 2006 par rapport à 2005, pour un total de 1,758 G$.

La division Asie et Japon de Manuvie a généré 18 % du bénéfice net total de Manuvie en 2006, soit 734 M$. Le bénéfice de cette division fait cependant du surplace puisque 2005 avait permis à Manuvie d’engranger 732 M$ de bénéfice en Asie ainsi qu’au Japon.

Manuvie elle compte maintenant plus de 25 000 agents en Asie. L’assureur y a d’ailleurs conclu des ententes de distribution avec une cinquantaine de banques et de courtiers en valeurs mobilières.

À l’égard des activités canadiennes, l’assureur se félicite de la bonne croissance des affaires en vigueur, de l’amélioration des marges bénéficiaires sur les nouvelles affaires et de l’efficacité des mesures de compression des dépenses.

La gestion du patrimoine a aussi bien fait en 2006, avec une croissance de 36% des ventes de fonds distincts, grâce à son produit de rente variable RevenuPlus, lancé à la fin de 2006.

Cependant, les dépôts aux fonds communs sont demeurés peu élevés en raison de la faible compétitivité du portefeuille de fonds.

De plus, la détérioration des résultats techniques en assurance collective est venue diminuer le bénéfice net en provenance des activités canadiennes.

Publicité
Sur le même sujet …