MENU

La part de marché du courtage passe sous les 55 %

par Vicky Poitras | 26 octobre 2011 18h44

La part de marché des assureurs à courtage a de nouveau reculé en 2010. Elle passe sous la barre des 55 % pour s’établir à 54,3 %, en baisse de 0,7 % par rapport à 2009. Tous les segments d’affaires du courtage sont en recul, sauf l’assurance aux entreprises.
Depuis 2005, le courtage perd du terrain. Le recul avait alors été de 2 %, suivie d’une perte de 1,5 % en 2006. Le tout s’était amoindri en 2007 avec une perte de 0,8 %, suivie d’un autre recul de 1 % en 2008. En 2009, le recul était un peu supérieur à 0,3 %. Au 31 décembre 2010, le courtage possédait un volume de primes avoisinant les 4,27 milliards de dollars (G$). Il était de 4,16 G$ en 2009. Pour leur part, les assureurs directs ont un volume de primes de 3,6 G$, comparativement à 3,4 G$ en 2009.

Au total, les assureurs de dommages du Québec ont totalisé un volume de primes de près de 7,86 G$. Il s’agit d’un hausse de 3,9 % par rapport à 2009, où il était de 7,56 G$.

Fuite en responsabilité et en biens

C’est en responsabilité que le recul du courtage a été le plus important. La part des courtiers y est maintenant de 78 %, en recul de 2 %. Le recul en assurance des biens a aussi été substantiel, avec une baisse de 1,4 %. La part du courtage y est sous la barre des 40 %.

En assurance automobile, la part du courtage est de 45 %, un recul de 0,4 %. Pour la section « autres », les assureurs à courtage ont vu leur part reculer de 3,9 % pour s’établir à 62,4 %.

Bonne nouvelle pour les courtiers, leur part de marché en assurance aux entreprises poursuit sa hausse. Depuis 2007, les assureurs à courtage prennent du marché aux assureurs directs. La hausse avait été de 0,63 % en 2007, suivie de nouvelles montées de 0,66 % en 2008 et de 0,48 % en 2009. En 2010, la progression de cette part est de 0,33 %.

La plupart des assureurs à courtage ont vu leur part reculer de 2009 à 2010. Un assureur a toutefois vu la sienne augmenter substantiellement durant cette période. Il s’agit de RSA. Sa part de marché au Québec est passée de 0,95 % à 1,23 %. Son volume est ainsi passé de 71,7 millions de dollars (M$) à 96,9 M$.

Deux directs se démarquent

Du côté des assureurs directs, deux joueurs se démarquent de par leur progression. Le premier est SSQ assurances générales. Son volume est passé de 147,7 M$ en 2009 à 171 M$ en 2010. Sa part de marché s’établit à 2,2 %.

Quant à l’Industrielle Alliance, Auto et habitation, sa part de marché représente maintenant près de 2 % du marché québécois. Son volume est passé de 135,5 M$ à 155 M$ de 2009 à 2010.

Intact Assurance demeure en tête des assureurs à courtage du Québec. Avec l’acquisition d’AXA Canada, cette part est appelée à croitre. Si les données compilées avaient tenu compte de la transaction, la part d’Intact et de ses filiales à courtage aurait été de 21,1 %. Ajoutés à cela les volumes des filiales directes BélairDirect et Innovassur (détenues à 50 % par AXA Canada et 50 % par la Banque Nationale), la part totale d’Intact au Québec atteint 25,3 %.

Dernière note : deux assureurs directs ont des activités de courtage significatives. La part du courtage au Groupe Promutuel est de 22 %, tandis qu’elle avoisine les 50 % au Groupe Ledor. Une fois ces parts comptabilisées, la part totale du courtage augmente de 2 %.

Publicité