MENU

La place pour le conseil indépendant est grande ouverte au Canada

par Hubert Roy | 24 octobre 2017 07h00

Robert Frances | Photo : Réjean Meloche


Pour célébrer ses 25 années d’existence, le Journal de l’assurance vous présente 25 idées exclusives pour construire, dès aujourd’hui, l’industrie de demain.


Robert Frances, président du conseil et chef de la direction de Groupe financier Peak, n’aime pas qu’on lui dise qu’il est parmi les derniers à miser sur l’indépendance des conseillers.

Lorsqu’on lui fait cette remarque, il préfère dire qu’il est le premier à avoir déployé ce modèle au Canada avec une telle envergure. Il dit croire qu’il y a amplement de place pour le conseil indépendant au pays. « Si on l’a fait, d’autres peuvent le faire aussi. »

Il souligne qu’aux États-Unis et dans plusieurs endroits à travers le monde, le conseil indépendant représente la moitié des sommes investies par les épargnants. « Pourquoi est-ce différent au Canada ? Je crois que c’est circonstanciel. Les consommateurs canadiens ne sont pas différents. Ils veulent un bon conseil, avec une impartialité vis-à-vis le manufacturier », dit M. Frances.

Il donne en exemple le cas d’un conseiller qui a quitté le modèle captif d’un assureur pour se joindre à Peak. Lorsque M. Frances lui a demandé pourquoi, ce conseiller lui a répondu que c’était parce qu’il adorait les produits de cet assureur. Toutefois, il trouvait compliqué de dire à son client qu’il n’offrait que les produits de ce manufacturier, ce qui réduisait la valeur de son conseil.

« Les gens commencent à être au courant. Ils veulent une vraie indépendance de conseil. Ils veulent que leur conseiller travaille pour eux pour de vrai. »  


Retrouvez toutes les idées pour bâtir l’industrie de demain »


Publicité