MENU

L’assurance voyage demeure méconnue des vogageurs canadiens

par Mathieu Carbasse | 27 octobre 2016 09h45

Photo : Freepik

Alors qu’une étude du Conference Board du Canada révèle que le nombre de Canadiens qui achètent une assurance voyage est passé de 74 % en 2014 à 78 % en 2015, rares sont ceux qui connaissent les conditions nécessaires pour effectuer une réclamation au titre d’une assurance annulation de voyage.

Ainsi, selon un sondage de l’Association canadienne de l’assurance voyage (THIA), 40 % des voyageurs canadiens croient qu’ils sont admissibles à l’assurance annulation lorsqu’un avis aux voyageurs est émis, ce qui n’est pas nécessairement le cas.

L’importance de comprendre sa police

De plus, seuls 47 % examinent régulièrement leur couverture d’assurance avant de partir. Chaque police étant différente, la THIA rappelle aux voyageurs l’importance de passer en revue leur police pour être bien certains qu’elle répond à leurs besoins.

« Les voyageurs canadiens ont le droit de voyager l’esprit tranquille, remarque Will McAleer, président de la THIA. Avant leur départ, ils doivent s’informer sur leur police d’assurance, leur état de santé et les détails de leur voyage. Une augmentation du nombre d’annulations de voyages met en relief l’importance de comprendre sa police. Par exemple, comprendre clairement sous quelles conditions il est possible de faire une réclamation au titre d’une assurance annulation de voyage. »

Annulations et craintes autour du virus Zika

Selon le sondage mené par la THIA auprès des consommateurs, 13 % des répondants disent avoir modifié leurs plans en raison d’agitations civiles ou de violences. Les craintes face au virus Zika ont poussé 14 % des répondants qui prévoyaient avoir un enfant à changer leurs plans, délaissant les destinations tropicales au profit de l’Europe, des États-Unis ou du Canada, et 35 % ont carrément annulé leur voyage.

Enfin, la plupart des répondants au sondage savent que des problèmes de santé préexistants peuvent invalider une demande de réclamation d’assurance voyage, et 90 % comprennent ce qui constitue un état de santé préexistant. D’ailleurs, 94 % ont modifié leurs projets de voyage après que leur médecin leur ait recommandé des examens ou des services de dépistage.

Publicité
Sur le même sujet …