MENU

Le numérique adopté pour les activités bancaires, pas pour l’assurance

par Mathieu Carbasse | 09 mars 2016 13h18

Selon la dernière enquête du CEFRIO, un peu plus du tiers (37,4%) des adultes québécois aimeraient ne plus avoir à se déplacer en succursale pour effectuer l'ensemble de leurs opérations bancaires, que ce soit pour des opérations bancaires courantes, des placements ou du financement. Chez les adultes de 25 à 44 ans, près d'un adulte sur deux (48,2 %) partage cette opinion.

« Cette nouvelle réalité pourrait changer la situation des institutions bancaires québécoises. Avec Internet, il serait facile pour des sociétés financières hors Québec de venir y offrir une gamme de services bancaires équivalents accessibles uniquement sur le Web, fait remarquer Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO. En plus d'être ouverts à de nouveaux modes de prestations de services financiers, les Québécois sont aussi intéressés à faire affaire avec de nouvelles organisations pour leurs opérations bancaires, telles que des détaillants de biens de consommation, des chaînes d'alimentation, des entreprises de télécommunication ou technologiques, et ce même si l'offre de produits et services n'est pas aussi complète », ajoute-t-elle.

L’assurance en ligne en retrait

Alors que 62 % des adultes du Québec ont effectué au moins une opération bancaire en ligne, au cours du mois précédant l'enquête, d’autres activités sont beaucoup moins populaires.  

Ainsi, seulement 6,2 % des adultes ont effectué une demande de soumission d’assurances en ligne au cours du mois précédant l’enquête. Que ce soit en ligne ou hors-ligne, il s’agit d’une activité généralement moins pratiquée que les transactions bancaires courantes. Cela explique en partie la faible proportion d’adultes ayant réalisé cette activité.

Faire des placements financiers en ligne et acheter ou vendre des actions en ligne sont des activités qui ont été pratiquées par une proportion relativement faible des adultes québécois au cours du mois précédant l’enquête (5,4 % pour les placements financiers en ligne et 4,9 % pour l’achat et la vente d’actions en ligne).

Tablette et mobile autant utilisés

Par ailleurs, alors que les principales institutions financières du Québec offrent toutes à leurs clients des applications ou des sites Internet mobiles, les 25-44 ans sont proportionnellement plus nombreux à accéder à leurs comptes bancaires à l'aide d'un appareil mobile (53 % contre 35,9 % pour l'ensemble des adultes québécois) et à y effectuer des opérations bancaires (47 % contre 32 %). De manière générale, la tablette numérique et le téléphone intelligent sont autant utilisés pour réaliser des activités bancaires en ligne.

Au menu de la Journée de l’assurance de dommages

Le déploiement de l’univers numérique en assurance et chez les banques, l’encadrement de la vente d’assurance sur Internet, ou encore, l’assurance face à ses concurrents numériques, sont autant de sujets inscrits au programme de la prochaine Journée de l’assurance de dommages 2016 qui se tiendra le mardi 15 mars prochain au Palais des Congrès de Montréal.

Pour s’inscrire, il est fortement recommandé de se rendre sur le site de la Journée de l’assurance de dommages 2016.

Publicité