MENU

Le programme REEE reste largement sous-exploité

par Mathieu Carbasse | 11 mai 2015 08h46

Selon une enquête menée par les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), près de la moitié des parents interrogés (47%) n'ont pas encore ouvert un régime enregistré d'épargne-études (REEE).

photo_web_1391Pourtant, il s’agit d’un programme pouvant servir à financer les études dans un collège ou une université au Canada ou à l'étranger. Il peut également être utilisé pour l'acquisition de compétences dans des établissements d'enseignement du Canada accrédités par Emploi et Développement social Canada.

« Les parents qui ont la souplesse financière pour le faire devraient se prévaloir le plus tôt possible de cette mesure d'encouragement à l'épargne, insiste Cairine Wilson, vice-présidente, responsabilité sociétale, à CPA Canada. Le programme de REEE est structuré de façon à favoriser la croissance de l'épargne-études, notamment grâce à une subvention gouvernementale qui est en lien avec vos cotisations. Plus la conjoncture est favorable à l'épargne, plus les sommes économisées seront importantes. »

« Un manque de sensibilisation, des contraintes budgétaires ou l'horaire de travail représentent tous des facteurs expliquant pourquoi un grand nombre de parents ne profitent pas du programme de REEE, poursuit Mme Wilson. Il n'est jamais trop tard pour que les parents prennent le temps d'apprendre quelles options s'offrent à eux et passent à l'action. »

Parmi les parents qui ont répondu à l'enquête, 80 % disent toutefois avoir commencé à épargner en vue des études postsecondaires de leur enfant.

Les trois quarts (75 %) des répondants qui épargnent activement croient être sur la bonne voie pour avoir suffisamment d'argent pour couvrir les coûts liés à l'éducation. Bien que cette proportion représente une forte baisse par rapport à 2010, alors que 86 % croyaient être sur la bonne voie, elle est essentiellement la même qu'en 2012 (74 %).

Publicité
Sur le même sujet …