MENU

Le RCCAQ a perdu 100 membres en 2 ans

par Hubert Roy | 08 décembre 2015 07h00

Patrick Bouchard

Ayant perdu 100 membres en deux ans, le Regroupement des cabinets de courtage d’assurance de dommages du Québec (RCCAQ) veut regarnir ses rangs. Le RCCAQ compte 303 membres.

C’est le principal mandat que s’est donné le nouveau président du Regroupement, Patrick Bouchard. La consolidation a fait mal au Regroupement, les 45 fusions et acquisitions survenues au cours des dernières années ayant fait reculer le membership. Plusieurs petits cabinets ont aussi abandonné leur carte de membre, prétextant des raisons budgétaires.

Au cours de la dernière année, le RCCAQ a perdu 74 membres. Il en avait perdu 26 un an plus tôt.

Guy Parent, directeur général du RCCAQ, déplore la situation. « Les courtiers bénéficient de nos actions et de nos prises de position. Pourtant, ils se demandent pourquoi être membre du RCCAQ. C’est dommage », dit-il.

La cotisation au RCCAQ va de 800 $ à 10 000 $, selon la taille du cabinet. La cotisation moyenne est de 3 000 $. Quant à l’impact des fusions et acquisitions, M. Parent donne pour exemple que les acquisitions réalisées par Univesta au cours des deux dernières années ont fait perdre 50 000 $ au Regroupement. Quant à celle de Lussier Dale Parizeau, c’est 10 000 $ de moins dans les coffres du RCCAQ.

Pourquoi alors ne pas augmenter la cotisation des grands cabinets? Il y a de la résistance à cet effet dit M. Parent. Il ajoute joindre 50 % des cabinets de par le membership et ceux-ci emploient 70 % des courtiers au Québec. « Il y a un problème avec notre modèle d’affaires, consent M. Parent.

Une des solutions pour pallier le problème est d’aller chercher de nouveaux cabinets, dit M. Bouchard. Il rappelle que lorsqu’il s’est lancé en affaires, la seule option abordable pour obtenir son assurance responsabilité professionnelle était celle offerte par Courmark, le cabinet affilié du RCCAQ qui se spécialise en la matière. « Il faut que le cabinet de courtage qui se lance en affaires pense à nous en partant », dit M. Bouchard

Publicité